Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 15Article 562448

Politique of Tuesday, 15 December 2020

Source: Cameroon Info

Législatives et municipales: le SDF accuse l’armée d’avoir empêché les votes au NOSO

Le Comité Exécutif National du Social Democratic Front, réuni le samedi 12 décembre 2020 à Yaoundé, affirme que les forces de défense et de sécurité ont procédé à des tirs en l’air durant toute la journée du 9 février 2020, et accuse également le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais d’être de mèche avec des terroristes qui opèrent dans ces régions.

Au sortir de la réunion du Comité Exécutif National (NEC) du Social Democratic Front (SDF), la presse se languissait de décourvir les résolutions qui y ont été prises, et ce n’est que 48 heures après qu’elles ont été portées à la connaissance de l’opinion. Le shadow cabinet du parti de Ni John Frud Ndi, qui se réunissait ainsi pour la première fois en 2020, est revenu sur les grandes échéances électorales de l’année, en l’occurrence les législatives et municipales du 9 février 2020. Sur ce point, le SDF demeure dans le déni permanent du déroulement d’un scrutin en bonne et due forme dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, et «réaffirme qu’il n’y pas eu d’élections dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest le 9 février 2020 ni lors de la reprise du 22 mars 2020».

Le parti dénonce par ailleurs des irrégularités qui ont émaillé son déroulement, et accuse l’armée camerounaise d’avoir manœuvré au cours de la journée du 9 février 2020 pour empêcher les potentiels électeurs d’accomplir leur devoir citoyen. Le NEC «condamne fermement la collusion évidente observée entre le RDPC et son administration avec des terroristes tapis dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à des fins électorales (...) En plus de cette collusion, l’armée a été instrumentalisée pour tirer en l’air le jour du scrutin de 5 heures du matin jusqu’à la fermeture des bureaux de vote dans toutes les grandes villes pour intimider les quelques personnes qui voulaient et pouvaient aller voter», lit-on dans le communiqué final signé de John Frud Ndi.

Aussi, le SDF ne valide pas l’élection des conseillers régionaux du 6 décembre 2020, qu’il avait préalablement choisi de boycotter. Car pour le parti de la balance, le contentieux des législatives et des municipales n’était pas complètement vidé au niveau de la Cour Suprême pour prétendre à l’organisation d’une autre élection dans laquelle les conseillers municipaux étaient partie prenante.

«Les requêtes de plus de 900 de nos conseillers municipaux étaient encore pendantes à la Chambre administrative de la Cour Suprême au moment où l’élection fut convoquée», argumente-t-on au SDF.

Au sujet de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, John Fru Ndi et ses camarades restent convaincus que seul le président de la République, Paul Biya, détient la clé du problème et l’exhortent à mettre un terme au conflit. Le NEC «demande à M. Paul Biya ainsi qu’à son gouvernement de mettre urgemment un terme à la guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest afin d’arrêter la saignée, et permettre le retour à la normale de la vie politique, économique et sociale dans ces régions». Par conséquent, le parti croit savoir que des Camerounais de la diaspora sont de véritables suppôts des terroristes qui opèrent sur le terrain, et les appelle à «stopper sans délai» leurs activités qui contribuent à exacerber le conflit.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter