Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 18Article 608749

Opinions of Sunday, 18 July 2021

Auteur: Framboise Doumbé Ding

'L'enjeu de la manifestation de Genève n'était pas de capturer Paul Biya'

Des manifestants anti-Biya à Genève Des manifestants anti-Biya à Genève

Pour l'activiste Framboise Doumbé Ding, la manifestation d'hier samedi 17 juillet n'avait pas pour objectif de mettre la main sur Paul Biya. Dans une tribune dans laquelle elle décrit ce qui s'est passé hier à Genève, l'activiste donne les vrais objectifs de l'opération 'Catham'.

---


Paul Biya est muré à l'hôtel Intercontinental. Une barrière de police le sépare des Camerounais qui manifestent leur colère contre les dérives autocratique et surtout la gestion chaotique du pays par l'homme qui préside aux destinées du Cameroun depuis 39 ans..

La presse internationale , comme vous voyez en image, est aussi très présente et ne veut rien manquer de l'événement.

Les manifestants se dirigent vers l'hôtel où est logé le Président Biya. La police tire le gaz lacrymogène pour les en dissuader. La fumée monte et les cameras de la presse immortalisent l'événement. Ce n'est pas pour le plaisir de faire des photos. C'est pour meubler les récits de l'événement qui ne se feront pas sans interroger les causes lointaines de ces manifestations qui se trouvent au Cameroun et qui se trouvent être la mal gouvernance , la guerre du noso, l'absence de démocratie au Cameroun, le tribalisme d'Etat, les violations massives et répétées des droits de l'homme au Cameroun avec la répression sauvage des libertés publiques, les traitements inhumains et dégradants des opposants politiques, les arrestations arbitraires, les différents massacres perpétrés sur le sol Camerounais. Bref le viol des libertés et le mépris de la dignité humaine par un régime autocratique ivre du pouvoir.

Voila sur quoi la manifestation de Genève incline la communauté internationale et la presse internationale qui vont d'avantage s'intéresser à ce qui se passe au Cameroun en terme de drames. Voilà l''enjeu de la manifestation de Genève qui n'était bien-sûr pas de capturer Paul Biya. C'est un grand coup médiatique. Une grande réussite sur le plan de la communication politique puisque la presse internationale en parle comme vous pouvez le voir ci-dessous en commentaires.

C'est Paul Biya qui en sort affaibli en terme d'image. Car c'est lui qui trainera aux yeux du monde l'image dégradée du tyran incompétent et irresponsables qui préfèrent mourir au pouvoir plutôt que de voir son peuple heureux et affranchi de la servitude d'une dictature malfaisante.
Le voyage de Paul Biya en Suisse dans un contexte de répression sauvage des libertés dans son propre pays où pillulent des prisonniers politiques et des milliers de réfugiés de guerre du noso abandonnés dans la précarité est une erreur de communication qui a été exploitée intelligemment par la diaspora pour exposer les problèmes profonds du Cameroun qui se déclinent désormais en drames successifs. C'est dont une grande victoire pour la diaspora sur le plan de la communication. La preuve c'est que la presse internationale parle déjà de cet événement.

Quant à Paul Biya, il va sans doute comprendre que le monde ne s'accommode plus de la présence gênante des dictateurs. Apres 39 ans de gestion chaotique du pays et au crépuscule de sa longue carrière politique, Il peut encore néanmoins s'aménager une sortie honorable:

Premièrement, c'est d'épargner le Cameroun d'un nouveau drame en écartant l'idée d'une succession de gré à gré. Ce sera la goutte d'eau qui va déborder le vase de l'implosion du Cameroun. Car les Camerounais, y compris au sein du rdpc, ne sont pas prêts à accepter une transmission dynastique du pouvoir.
Deuxièmement, il faut engager sans délai le chantier de la reforme constitutionnelle rendue nécessaire par l'archaïsme des institutions qui rendent d'emblée inoperationnelles toute prétention de démocratisation du Cameroun.
Le Cameroun peut être fier de sa diaspora. C'est une lumière pour sa modernisation.

Rejoignez notre newsletter!