Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 09Article 526012

General News of Thursday, 9 July 2020

Source: www.camerounweb.com

'L'enfer' des soignants vacataires : cas de l'hôpital de district de Biyem Assi


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La situation des soignants vacataires au pays n'est pas vraiment fameuse. A l'hôpital de district de Biyem Assi, d’où nous est venu quelques témoignages, la situation est 'désastreuse'.


Voici les témoignages d'un des soignants


'Nous sommes pour certains à 12 ans d'ancienneté, 10 ans 5 ans sans situation stable, sans contractualisation, sans reconnaissance.

Le nouveau directeur j'ai nommé Daniel Ekoua nous crée des misères, il nous chasse à son bon vouloir, du jour aux lendemains sans explications, aucune, nous sommes des pères des mères de famille, ce n'est pas de notre faute si nous avons été formé dans notre pays, passé l'âge même de la fonction publique sans être recrutés.

En février dernier nous avons vu nos salaires si on va appeler ça comme ça, la misère, sans avantages aucun.

Il ya quelques jours il nous a fait signer des papiers où vraiment on n'avait pas le choix, ce qui nous tient de salaire devait encore être revu de 30%,ca fait mal. Nous n'avons pas le choix. Au départ on gagnait 100 milles. nous sommes passés à 50 milles en février et aujourd'hui il nous parle de réduction de 30% on a que nos yeux pour pleurer à qui s'adresser ? Personne pour nous aider

Le pire c'est qu'il nous insulte, d'aller chercher ailleurs, comme si ça dépendait de nous, et en masse les personnels ont signé.
Nous en appelons à la bonté du minsante, du minfropa de nous aider, de valoriser les personnels soignants vacataires ds les hôpitaux, surtout en cette période de covid. Nous sommes exposés sans reconnaissance'.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter