Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 28Article 593767

General News of Wednesday, 28 April 2021

Source: www.camerounweb.com

L’UDC fête ses 30 ans

Après trois décennies d’existence le parti fondé par feu Adamou Ndam Njoya en avril 1991 a su se faire une place de choix au sein de la classe politique Camerounaise.

30 ans après sa création, l’Union démocratique du Cameroun (UDC), est l’une des rares formations politiques du Cameroun qui peut se targuer de résultats perceptibles. En 30 d’existence, cette formation politique dont les objectifs premiers sont la décentralisation du gouvernement et le respect des droits des minorités, peut à ce jour faire le point : un parcours constant, une base politique et une représentativité conséquente. Dans son escarcelle, L’UDC revendique pas moins de Quatre députés à l’Assemblée nationale et six communes dans le Noun, au soir des élections législatives et municipales du 9 février 2020. Contre 7 communes et 4 députés pour l’élection lors des municipales et législatives de 2013.

La victoire historique de 1996

C’est en effet lors des élections municipales de 1996 que le part de Ndam Njoya marque ses premiers points. Au soir du 21 janvier 1996, date des premières élections municipales pluralistes, l’UDC avait raflé sept des huit communes d’alors du département du Noun. Et aux législatives du 17 mai 1997, l’Union Démocratique du Cameroun obtint cinq députés à l’Assemblée nationale.

L’UDC, c’est aussi la constance ses choix et le positionnement stratégiques sur la scène politique nationale. En 30 ans, le parti aura pris part à quatre élections présidentielles sur les cinq organisées depuis le retour au pluralisme. En 1992, son candidat « naturel », Adamou Ndam Njoya, s’en tire avec 3,6% et est classé 4e. Le parti optera pour le boycott en 1997, et renoue avec les rendez-vous électoraux de ce type jusqu’en 2018, où il partira du léger mieux de 2004 (4,48%) à…1,73%. Le parti n’a donc jamais franchi le cap de 5% à la présidentielle, ni étaler avec un grand enracinement, la splendeur de son idéologie en dehors du Noun. Même si, à la faveur des élections présidentielles de 2004 et 2011, une coalition des partis politiques de l’opposition est formée autour du candidat de l’UDC, pour essayer de renverser la tendance. Mais Adamou Ndam Njoya trouvera une réponse à ce penchant communautariste. « Si chaque parti de l’opposition avait un fief et l’entretenait comme l’UDC, le RDPC serait déjà tombé », avait-il l’habitude de déclarer.

Division

Avec le décès du président-fondateur, Adamou Ndam Njoya, en mars 2020, L’Union Démocratique du Cameroun n’a pas été épargné des secousses internes. Il connaîtra alors la démission de l’un de ses vice-présidents, Cyrille Sam Mbaka. La présidence du parti est désormais assurée, à titre intérimaire, par Hermine Patricia Tomaino Ndam Njoya.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter