Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 27Article 593383

General News of Tuesday, 27 April 2021

Source: www.camerounweb.com

L’Etat ne pourra pas réduire la mortalité liée au paludisme selon les experts

Alors que les pouvoir publics entendent réduire la mortalité liée au paludisme de 60%, les experts de la Santé restent dubitatifs quant à ces prévisions.

Il s’agira par ailleurs de mener des activités de pulvérisation intradomicilliaire des ménages dans les districts de santé ciblés, de gérer la résistance des vecteurs aux insecticides et d’améliorer l’utilisation systématique des Moustiquaires à Longue Durée d’Action (Milda) par toute la population. Sauf que les acteurs de la société civile impliqués dans la lutte contre cette maladie pensent que cette stratégie ne portera pas ses fruits. « Nous n’avons aucune chance si nous ne revoyons pas le plan de lutte. Les stratégies utilisées ne produisent pas les résultats », soutient le Dr Albert Ze, économiste de la Santé. Un avis que partage Benoit Bissohong. « Ses chances de réussite sont très infimes parce que les stratégies actuelles ont montré leur limite. Nous nous entêtons depuis des années avec les mêmes mesures peu adaptées à notre contexte », critique cet acteur de la société civile.

Par exemple, la sensibilisation et la communication pour le développement « sont très peu adaptées et ne placent pas le bénéficiaire au centre de la riposte ; la protection des abords des habitations, la préservation de l’environnement au sens large du termes ne sont pas encouragés », liste Benoit Bissohong. Plus grave, l’utilisation des Milda qui n’ont malheureusement pas jusqu’ici démontré leur impact. En effet, leur taux de possession a certes augmenté (79%) mais celui d’utilisation n’a pas suivi (69%). Chez les enfants de de moins de 5 ans, il est de 60% et de 61% auprès des femmes enceintes. « La Milda peine à démontrer son efficacité et son utilisation est orienté vers d’autres fins », regrette celui qui est par ailleurs promoteur du Programme de santé « 13 Degrés à l’Ombre ». Et ce dernier de questionner où en est le pays avec la lutte antivectorielle traditionnelle, sans oublier « le leurre » qu’est la gratuité de la prise en charge du paludisme simple chez les moins de 5 ans qui reste un problème important.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter