Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 03Article 553630

General News of Tuesday, 3 November 2020

Source: mimimefos.com

Kumba: une élève rescapée avec deux balles dans la tête, raconte la sombre journée

Efuet Therese Nkong répond aux soins médicaux d'un hôpital de Douala après qu'un homme armé a attaqué la Mother Francisca International Memorial Academy Fiango Kumba le 24 octobre 2020.

Selon Evenyi Mariette, mère de la fille, l'état de santé de Thérèse s'améliore.

«Nous sommes arrivés à l'hôpital de Douala le lundi 26 octobre. Des médecins spécialisés traitent Thérèse. Contrairement aux informations diffusées sur les réseaux sociaux, elle n'a subi aucune opération à la tête. La radiographie et le scanner cérébral montrent qu'elle a deux balles dans la tête mais des spécialistes utilisent des drogues pour éjecter les balles. Ils expliquent qu'une opération du cerveau n'est pas recommandée pour le moment », a-t-elle expliqué.


Efuet Therese Nkong, 12 ans, une élève de la Mère Francisca International Memorial Academy est arrivée à Douala avec un visage enflé et des vomissements constants. Une semaine après le traitement, sa mère dit «… elle dort, elle peut s'asseoir et manger toute seule malgré les douleurs». «Ma prière est que les balles sortent de sa tête», ajoute-t-elle.


Dans une interview exclusive avec Mimi Mefo Info lundi 2 novembre 2020, Evenyi Mariette a déclaré que le gouvernement avait jusqu'à présent pris en charge les factures d'hôpital de sa fille.

«L'hôpital la soigne gratuitement. Nous avons également reçu la visite de personnes du ministère de la Santé et de travailleurs sociaux. Ils viennent pour s'informer de la situation sanitaire de Thérèse et également pour l'encourager psychologiquement à avoir un espoir de survie », a noté Evenyi Mariette.

Efuet Thérèse Nkong a été transférée à l'hôpital de Limbé depuis Kumba le dimanche 25 octobre, moins de 24 heures après l'attaque brutale du collège privé de Fiango Kumba. Pendant son séjour à Limbé, l'équipe médicale «a évalué la gravité des blessures subies par la jeune fille et l'a référée à l'hôpital général de Douala pour une assistance médicale appropriée», a déclaré Mimi Mefo Info.

Thérèse se souvient très bien de la manière dont les tueurs ont attaqué sa classe.

«Nous venons de terminer les cours et attendions un autre professeur lorsque des gens armés ont monté les escaliers et ont déclaré avoir tiré sur des élèves de ma classe. Ils m'ont tiré dessus aussi et je me suis senti par terre. Quand ils sont partis, je me suis levé et j'ai couru vers notre maison située juste en face de l'école », a-t-elle raconté en larmes.

Pour sa mère, des saignements sur le front à première vue n'indiquaient pas de danger imminent, car Thérèse «par confusion, a d'abord cru qu'elle avait subi la blessure en tentant de s'échapper», a poursuivi sa mère.

«Lorsque les saignements persistaient et que son corps devenait faible, c'est à ce moment-là que nous l'avons transportée à l'hôpital de Kumba».

Comme Evenyi Mariette remercie Dieu pour la vie de son bébé, elle reste cependant incertaine quant à l'éducation de l'enfant à Kumba alors que la crise anglophone s'aggrave.

«Je ne pense pas qu’elle continuera à suivre des cours à Kumba. La fusillade dont j’ai été témoin est si terrifiante et avec la photo en tête, c’est très risqué de la renvoyer à l’école à Kumba ».

Au moment de mettre sous presse, le ministre de l'administration territoriale, Atanga Nji, vient de quitter leur chambre d'hôpital alors qu'il revenait de sa deuxième visite à Kumba après le massacre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter