Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 30Article 488356

General News of Thursday, 30 January 2020

Source: afrikinfo.net

Kribi: la population crache du venin sur le visage des élites

Depuis le 25 Janvier date de l’ouverture officielle de la campagne pour le double scrutin, les partis politiques, font de tout bois pour tenter de convaincre l’électorat à les choisir, le 9 Février prochain. Ce pendant, ce n’est pas gagné d’avance, pour ceux du parti au pouvoir qui doivent, marcher sur un bilan mitigé des exécutifs sortants, qui crée un doute sceptique dans la tête des électeurs, sur les promesses de changements, prôné par l’opposition.

Il fallait s’y attendre, l’élection du 9 février prochain, consacre encore plus, le désamour entre les populations et l’élite politique de Kribi. Au cours de ces dix dernières années dans la cité balnéaire, la vie sociopolitique, n’a pas été de tout repos. Et pour cause, l’attente interminable des populations, sur la concrétisation de divers promesses électorales, formulées à leur endroit. En tête de liste, l’épineuse question d’emploi, notamment au Port en eaux profondes de Kribi. Des quatre coins du départements en général, et de Kribi en particulier c’est des pleures et des grincements de dent à ne plu finir.

La colère bonde sur tous les visages, sans diplomatie on crache du venin sur le visage des élites sur le terrain. “Nous sommes déçus, on s’est moqué de nous, nous avons tout vu seul abandonné à notre propre sort” clame Sieur Malonga Hervé, résident de la localité Talla. “Et nous, et nos enfants, n’avons que nos yeux pour pleurer, ces gens sont méchants” conclut-il, en nous tournant le dos. ensuite il y a les questions du développement infra structurel des villes. L’eau, l’électricité, la route… A Lendji, c’est de peu, si l’on ne reçoit une gifle lorsque on entends le mot candidat. Si chez certains, beaucoup a été fait, chez d’autres on se croirait bien en enfer.

C’est dont dans ce contexte que les équipes de campagnes des différents partis, engagés au double scrutin, se déploient, sillonnant tous le coins de la ville à la conquête d’un électorat particulièrement difficile. A Kribi premier, le RDPC qui conduit la liste ayant à sa tête Jean Pierre SALLA, refuse de céder un seul centimètre de son espace politique, au PCRN conduit par Bruce MAHAILET. Depuis Lundi dernier, l’équipe de campagne du RDPC, qui draine avec elle les 31 candidats au conseil municipal, use de ses arguments pour convaincre les électeurs de plus en plus indécis. En tentant notamment de rassurer, sur la prise en compte des doléances, des populations liées aux secteurs de l’électrification, de la fourniture d’eaux, et des mesures de sécurités routiers liés au trafic des camions vers le port qui le weekend dernier a encore endeuillé quatre familles à Kribi.

Pour ces candidats du parti au pouvoir, on se dit prêt à relever le défis, au cours du mandat à venir, si toutefois on est élu. Même si la base militante donne, un avantage au RDPC, la hiérarchie locale du parti veut plus miser sur son programme politique, qui s’inscrit déjà dans les grandes lignes du septennat des grandes opportunité du président PAUL BIYA. Au PCRN, on la voit autrement, les indices de promesses de campagnes étant réalistes, notamment sur la question matrimoniale , où l’on “entend rendre gratuit la signature des actes de mariages, les jours ouvrables” dixit Bruce MAHAILET, dans une sortie dans les réseaux sociaux, où pour le moment se consacre la majeure parti de sa campagne, avec quelques descentes sur le terrain en date.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter