Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 08Article 554569

General News of Sunday, 8 November 2020

Source: Cameroon Info

Kidnapping: voici la vidéo du Nso Fon questionné par les sécessionnistes armés

Fon Sehm Mbinglo II, le dirigeant traditionnel de Nso a dit à ses ravisseurs qu'il était pour «un Cameroun».
Dans une vidéo diffusée par le militant séparatiste camerounais Eric Tataw basé aux États-Unis, les combattants séparatistes armés ont accusé Fon Mbinglo de collaborer avec les autorités de l'État. La vidéo se termine comme le disent les combattants, «justice sera rendue» au Fon dont la sécurité reste désormais incertaine.

Des séparatistes armés ont enlevé le cardinal Christian Wiyghan Tumi, 90 ans, archevêque émérite de Douala, et Fon Sehm Mbinglo II vers 18h30 le jeudi 5 novembre 2020.



Le serviteur de Dieu a été libéré vendredi matin, mais les hommes armés de Baba, subdivision Babessi, division Ngoketunji de la région du nord-ouest du Cameroun sont pourtant les libres Fon Mbinglo.

Ci-dessous, une transcription des échanges entre le dirigeant traditionnel du peuple Nso et les séparatistes armés.

Combattant séparatiste: Sa Majesté, bonjour.

Fon Mbinglo II : Bonjour.

Combattant séparatiste: Vous êtes actuellement à Ngoketunji et nous sommes les Forces de restauration de l'Ambazonie. Nous avons quelques questions pour vous. Sa Majesté, Votre Altesse Royale, vous en tant que Fon du peuple de Nso, êtes-vous au courant de la crise actuelle dans votre pays?

Fon Mbinglo II : Oui, je suis au courant.

Combattant séparatiste: Qu'avez-vous fait pour protéger votre peuple et l'Ambazonie de La République dans cette crise?

Fon Mbinglo II : J'ai dit au gouvernement qu'il ne devrait pas tuer mon peuple. Qu'ils devraient plutôt entrer dans un dialogue parce que ce meurtre meurtrier , demain, qu'aurons-nous?

Combattant séparatiste: Votre Altesse Royale, nous les gens d'Ambazonie, nous voyons votre nom en tant que candidat aux élections régionales de la République. Est-ce vrai?

Fon Mbinglo II : Je suis là en tant que Fon.

Combattant séparatiste: Mais nous considérons votre nom comme un candidat. Cela signifie que vous serez voté lors des prochaines élections régionales de La République. Est-ce vrai? Êtes-vous un candidat?

Fon Mbinglo II : Oui! Je ne l'ai pas vu, mais j'ai entendu.

Combattants séparatistes: Nous l'avons ici, je peux vous montrer. Qu'avez-vous à nous dire à ce sujet? Que vous êtes le Fon du peuple, mis sur le trône par le peuple, et respecté par le peuple, et votre peuple est tué et alors vous n'allez pas chercher la solution pour empêcher votre peuple d'être tués et vous vous présentez à la place pour une élection. Voyez-vous cela comme une issue? En tant que dirigeant traditionnel du peuple, voyez-vous cela se passer pour une élection au milieu de la guerre lorsque votre peuple est tué; le voyez-vous comme une solution?

Fon Mbinglo II : Non! Ce n'est pas la solution.

Combattant séparatiste: Alors pourquoi acceptez-vous cela?

Fon Mbinglo II : J'avoue que je n'étais pas là quand ils étaient ...

Combattant séparatiste : vous n'en avez donc pas conscience.

Fon Mbinglo II : Oui!

Combattant séparatiste: Allons très vite. D'accord, vous avez entendu parler du meurtre d'enfants dans les écoles. Vous avez entendu parler de choses mystérieuses qui arrivent à nos enfants et à nos enseignants dans les écoles. Quelle est votre opinion sur la reprise scolaire en Ambazonie?

Fon Mbinglo II : Quand je reviendrai maintenant, mes conseillers et moi allons nous asseoir et voir ce que nous pouvons faire. Parce que je ne peux pas m'asseoir ici et prendre une décision avec vous.

Combattant séparatiste: Alors sur tous les meurtres d'enfants dans les écoles, les enlèvements d'enseignants, les enlèvements d'élèves, qu'en pensez-vous de la reprise de l'école? En ce qui concerne la reprise scolaire?

Fon Mbinglo II : Je n'aurais pas accepté que l'école continue si les enfants sont tués. Je ne peux pas l'accepter.

Combattant séparatiste: Maintenant que nos enfants ont vraiment besoin de cette éducation, qu'ils essaient d'acquérir une éducation et qu'ils sont tués et kidnappés, quel est votre conseil à ce sujet? Comment pouvons-nous faire pour que les enfants retournent effectivement à l'école maintenant au milieu de cette guerre?

Fon Mbinglo II : C'est une question difficile pour moi.

Combattant séparatiste: Mais la question n'est pas difficile tant que vous n'avez pas essayé de répondre. Que conseillez-vous aux autres qui vont encore à l'école en attendant qu'il y ait une crise au Cameroun?

Fon Mbinglo II : Je leur conseillerai de tenir le coup en premier.

Combattant séparatiste: Tenir pour toujours ou quelle est selon vous la solution à mettre en place pour que nos enfants aillent effectivement à l'école au milieu de cette crise?

Fon Mbinglo II : ( silence …)

Combattant séparatiste: Vous n'avez rien à dire?

Fon Mbinglo II : Non!

Combattant séparatiste: Je pensais qu'ils vous avaient posé une question. Maintenant, enfin Mbeh, maintenant que vous êtes Fon du peuple Nso, vous êtes Ambazonien et vous nous avez dit ici que vous avez été nommé candidat aux élections régionales de La République. Et vous nous avez dit plus tôt que les Forces de restauration d'Ambazonie devraient cesser de combattre le gouvernement parce que nous n'avons pas d'armes. Maintenant que vous êtes ici, nous vous considérons comme un facilitateur. Le savez-vous? Que vous activez les activités de La République en Ambazonie parce que vous avez abandonné votre peuple. Êtes-vous au courant de cela?

Fon Mbinglo II : Non!

Combattant séparatiste: Maintenant que vous êtes ici. Toute personne qui habilite la République dans ce pays d'Ambazonie, vous êtes une jambe noire pour nous. Maintenant que vous êtes ici, la seule chose qui va se passer ici maintenant, c'est que la justice va suivre son cours. Alors, après votre justice, que conseillez-vous aux autres fons d'Ambazonie et aux chefs?

Fon Mbinglo II : Je leur conseillerai seulement de travailler avec leur peuple.

Combattant séparatiste: En allant aux élections régionales?

Fon Mbinglo II : Non!

Combattant séparatiste: En disant à la communauté internationale que la paix revient au Cameroun, que tout est normal, que la normalité est revenue?

Fon Mbinglo II : Non! J'ai dit qu'ils disaient que les pays étrangers viendraient avant de commencer à régler la paix.

Combattant séparatiste: Comme vous êtes ici maintenant, en direction du village, êtes-vous pour un Cameroun, une Fédération ou pour la séparation?

Fon Mbinglo II : Je suis pour un Cameroun.

Combattants séparatistes: D'accord. Merci beaucoup. Que Dieu vous bénisse et que la justice suive son cours. Attendez, laissez-moi vous poser une question… Arrêtez, l'interview est longue…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter