Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 25Article 615541

Actualités of Wednesday, 25 August 2021

Source: Kalara

Justice: quand une affaire de prostitution oppose une bailleresse et son locataire

L’accusé nie les faits mis à sa charge L’accusé nie les faits mis à sa charge

Une infirmière poursuit son locataire, un conducteur de moto, pour avoir publié sa photo sur Facebook faisant d’elle une vendeuse de sexe. L’accusé nie les faits mis à sa charge.

Douze mois après leur séparation litigieuse, Mme Tchando Wankou Yollande, infirmière de profession et son locataire M. Sobze Akolo Blondonne William, un conducteur de moto, ont fait leurs retrouvailles le 17 août 2021. Une affaire les oppose devant le Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé-centre administratif.

L’infirmière reproche des faits de filouterie de loyer et diffusion illicite de son image sur le réseau social Facebook. La photo était accompagnée du message suivant «je suis disponible pour une baise payante entre Yaoundé et Douala». Le 17 août 2021, la plaignante a donné sa version des faits en la présence du mis en cause qui médite sur son sort à la prison centrale de Yaoundé depuis le 15 février 2021.

Mme Tchando Wankou Yollande a expliqué que les faits qui l’opposent à son locataire datent du 29 janvier 2020. Ce jour-là, alors qu’elle interpellait son locataire pour les 6 mois d’arriérés de loyer qu’il cumulait avec M. Sobze Akob Blondonne William, ce dernier lui avait proféré des menaces. Elle affirme que dans la soirée de ce même jour, elle a été informée par une de ses connaissances de ce qu’une image d’elle avait été publiée sur la page d’un groupe sur Facebook dénommé « Avennue Kennedy, vente en ligne».

Son image était accompagnée du message «disponible pour une baise payante entre Yaoundé et Douala» et de son numéro WhatsApp. L’auteur de la publication s’appelle «Afuh Léon Level Ngo». Selon elle, un certain internaute nommé «Wil heure Mingala» venait de liker (apprécier) la publication quelques secondes après sa parution.

Son amie avait fait une capture d’écran de la publication querellée et la lui avait envoyée avant de l’informer que la même publication avait été faite dans 4 autres groupes, sur la même plateforme par le même auteur. Elle dit avoir entrepris ch recherches le même soir sur l’identité réelle de cet internaute qui agit dans l’anonymat.

Enquêtes

Pendant ses recherches personnelles sur la page Facebook de ce «Afuh Léon Level Ngo», elle trouve un ami qui leur est commun. Il se nomme «Wil heure Mingala », le tout premier à avoir réagi au post. Elle affirme avoir remarqué que ce dernier a pour photo de profil la même image que M. Sobze utilise pour son compte WhatsApp.

Elle affirme se souvenir qu’en 2020, ce même «Wil heure Mingala » avait piraté son compte Facebook pour faire dos demandes de prêt d’argent auprès de ses connaissances. D’après elle, son bourreau prétextait que son gaz domestique était fini. Elle note que c’est son frère aîné qui, avait attiré son attention sur l’utilisation de son compte par un hacker caché sous un faux profil.

Elle ajoute avoir aussitôt bloqué cette page. Yollande Wankou relate qu’avec tous ces éléments, elle a directement fait le lien avec le nom de William Sobze Akollo, car il dispose d’une inscription « Wil heure Mingala » sur sa moto et l’image qui accompagne le profil est similaire à celle qui se trouve sur le profil whatsApp de l’accusé.

La plaignante affirme s’être rendu compte que c’est à partir de cette plateforme que le mis en cause a pu obtenir ses données, car ils avaient échangé de numéro et communiquaient souvent via ce réseau social lorsqu’ils étaient encore en bons termes.

S’agissant de l’affaire de prostitution en ligne, la plaignante a dit ne pas se reconnaître dans l’exercice de ce métier. Elle déclare ignorer faire partie d’un forum composé des personnes qui font dans les rapports sexuels payants. Elle indique ne pas être la seule victime d’une telle publication sur le même compte.

Par ailleurs, la plaignante soutient qu’à l’enquête primaire, l’accusée prétendait n’avoir plus de téléphone Android pour l’avoir vendu. Yollande Wankou raconte que lors de l’enquête préliminaire, avait été mis à nu étant donné que les faux profils «Wil heure Mingala » et « Afuh Léon Level Ngo» avaient été identifiés dans son compte Facebook. Des éléments de preuve que le magistrat de parquet a trouvé suffisants pour que le prévenu présente sa défense. L’affaire revient le 21 septembre prochain.

Rejoignez notre newsletter!