Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 19Article 535720

General News of Wednesday, 19 August 2020

Source: Cameroon Info

Justice: l’ancien aide de camp de Cavaye Yéguié acquitté par le tribunal militaire

Il a été déclaré, ce 18 août 2020, non coupable des principales infractions que sont les menaces simples et outrage au président de l’Assemblée Nationale.

C’est un cinglant désaveu que vient d’infliger le Tribunal Militaire au président de l’Assemblée Nationale, Cavaye Yeguié Djibril. Dans l’affaire qui l’oppose, depuis plusieurs années, à son neveu et ancien aide de camp, la juridiction spéciale vient d’acquitter le capitaine Bouba Simala.

Vidant son délibéré au cours de l’audience tenue ce 18 août 2020, «le Tribunal condamne Bouba Simala à six mois de prison ferme, aux dépens liquides à la somme de 359 000 FCFA, et alloue à Cavaye Yeguié Djibril, un franc symbolique. La nuance ici, apprend-on des juristes, c’est que Bouba Simala ressort libre du Tribunal puisqu'il avait passé 18 mois en détention provisoire. Il ne paye non plus aucun centime en termes de dépens, le temps mis en préventive compensant ce montant», renseigne le quotidien Le Messager dans son édition du 19 août 2020.

Concrètement, la présidente du Tribunal militaire a déclaré l’ancien aide de camp du PAN «non coupable des principales infractions que sont les menaces simples et l'outrage au PAN», et l'en relaxe pour faits non constitués. Bouba Simala est déclaré par contre coupable de violation de consigne».

Au cours de cette audience, l'avocat du président de l’Assemblée Nationale va solliciter «un franc symbolique à titre de dommages et intérêts. Le procureur enchaîne en chargeant sévèrement le prévenu et requiert le maximum de la peine encourue, soit trois ans de prison, mais en précisant que ce soit avec sursis. Pour clôturer, Me Simh va s'offusquer contre ce réquisitoire qu'il qualifie d' "inutilement violent"», peut-on lire.

Un réquisitoire qui ne changera pas l’issue de ce procès. «La chaleureuse accolade de Bouba Simala qui écrase une larme en congratulant son avocat Me Emmanuel Simh, suffit à comprendre la joie qui anime le prévenu désormais libre», lit-on.

A titre de rappel, l'affaire Bouba Simala a éclaté en juin 2015. Le président de la Chambre basse du Parlement accusait alors son ancien garde de corps d'avoir voulu l'enlever en complicité avec des hauts cadres de l'armée, en service à la présidence de la République.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter