Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 27Article 598891

Actualités of Thursday, 27 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Justice : appel à la libération d’Amadou Vamoulké ce jour

Appel à la libération d’Amadou Vamoulké ce jour Appel à la libération d’Amadou Vamoulké ce jour

• Amadou Vamoulké, ancien DG de la CRTV, est accusé de corruption

• Il est en détention depuis 5 ans

• Les organisations de défense des droits de l’homme appellent à sa libération


Arrêté il y a 5 ans et placé en détention, Amadou Vamoulké est accusé de détournement de plusieurs millions d'euros au profit de la CRTV dont il était le Directeur Général. Après 67 audiences, ses avocats et les organisations de défense des droits de l'homme dont le Redhac, appellent à sa libération ce jour. Le journaliste sera en effet présenté au juge pour la 68ème fois.


« Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) les organisations du Comité de Libération Vamoulke, Me Alice NKOM, Me PONDI PONDI Antoine avocat au barreau du Cameroun restent préoccupés par cet acharnement judiciaire, car pour eux il s’agit bel et bien de la violation des Directives et principes à un procès équitable comme le stipulent les articles 5, 6, 7 et 26 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples ; des conventions et instruments des Nations Unies notamment le Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques en son article 9 alinéas 1 et 5 : «1. Tout individu a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne. Nul ne peut faire l'objet d'une arrestation ou d'une détention arbitraire. Nul ne peut être privé de sa liberté, si ce n'est pour des motifs et conformément à la procédure prévue par la loi. (…) 5. Tout individu victime d'arrestation ou de détention illégale à droit à réparation » ; le Code de Procédure Pénale camerounais », peut-on lire dans le communiqué des organisations de défense des droits de l’homme.

Au lendemain de la condamnation de Paul Chouta le 18 mai 2021, Reporters Sans Frontière avait appelé le gouvernement camerounais à libérer l’ancien Directeur général de la CRTV.


« Plusieurs journalistes sont actuellement incarcérés au Cameroun, où la situation de la liberté de la presse ne cesse de se dégrader au fil des années. Amadou Vamoulké, ancien directeur de la Cameroon Radio Television (CRTV) âgé de 71 ans, est détenu depuis près de cinq ans à la prison centrale de Kondengui, sans avoir été jugé. Le journaliste Emmanuel Mbombog Mbog Matip, arrêté en août 2020 et accusé de diffusion de fausses nouvelles, est également détenu de manière arbitraire et vient d’annoncer une grève de la faim qui doit commencer le 20 mai prochain », précise l’organisation dans son communiqué.

135ème au dernier classement mondial de la liberté de presse, le Cameroun « poursuit sa longue marche arrière en matière de liberté de la presse et fait désormais partie des pays les plus dangereux pour l’exercice du journalisme sur le continent », selon Reporters sans Frontières.

Rejoignez notre newsletter!