Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 05Article 518437

General News of Friday, 5 June 2020

Source: actucameroun.com

Justice: Sollo Jean William, l'ex DG de Camwater bientôt fixé sur son sort


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le conseil de l’ex directeur général a cravaché dur au cours d’une plaidoirie de haute intensité pour sauver la tête de son client.

L’affaire Ministère public et Etat du Cameroun (Camwater) contre Abossolo Eugène Francis, Sollo Jean William et Mah Jean Dieudonné est entrée dans sa dernière ligne droite au cours de l’audience de céans. Pendant une heure d’horloge, les défenses des accusés Mah et Sollo ont cravaché au cours d’une plaidoirie de haute intensité pour sauver la tête de leurs clients. Le principal accusé dans cette cause, Abossolo, a été défendu par Me Assamba lors de la précédente audience.

Pour instruire l’affaire, la collégialité du tribunal était présidée par le magistrat Ndjéré qu’assistaient des vice-présidents Abouem et Siéwé. Le Procureur général, Tchoussi, occupait le banc du Ministère public (l’accusation). Tous les accusés placés-en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé depuis le 3 avril 2018 ont régulièrement comparu.


Les faits

Courant 2012, le président de la République devait poser la première pierre du barrage hydroélectrique de Memvel’ele, dans le département de la Vallée du Ntem, région du Sud. Pour ce faire, la Cameroon Water utilities Corpoaration (Camwater) devait approvisionner le site du barrage d’eau potable. Pour l’exécution des travaux, quatre lettres-commande ont été signées entre la Camwater et la société LMS-France S.A.

L’entité de cette société était représentée au Cameroun par Abossolo sous le nom de LMS-Cameroun S.A, prestataire de services. Mais, le jour dit, la Camwater, selon, l’accusation, n’a pas rempli son cahier de charges, à savoir fournir de l’eau potable aux populations riveraines du site. La société adjudicataire avait réquisitionné des camions citernes et l’ingénierie requise. Le mauvais état des routes n’a pas permis à tout cet appareillage d’arriver sur le site de l’événement à temps.

En 2013, bis repetita, le président de la République devait poser la première pierre du barrage de Mekin. Sous la pression de la haute hiérarchie, la Camwater va commander à la société mère basée en France le matériel approprié de dernière génération, pour éviter l’échec de Memvel.ele un an auparavant. Pour booster les travaux,’ le directeur général va ordonner une avance de démarrage pour un montant dé 40.900.000 Fcfa. Or, pour l’accusation, cette avance de démarrage n’a jamais été déclarée. Bref, pour la défense par la voix de Me Essomba Tshouingui Pierre-, avocat au barreau du Cameroun, les travaux ont été bel et bien livrés et réceptionnés.


Au finish, les trois accusés sont poursuivis pour Détournement de biens publics (Dbp) et complicité de Dbp de la somme totale de 156.267.987 Fcfa au préjudice de la Camwater, société d’Etat à capital public. Aussi, Mah ancien DAF et Sollo sont accusés, selon le Procureur général, d’avoir aidé, facilité et ordonné, chacun en ce qui le concerne, l’avance de démarrage des travaux. Celle-ci n’a pas été déclarée. Les accusés ont plaidé non coupables à l’orée de la procédure. L’affaire est mise en délibéré le 18 juin 2020.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter