Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 14Article 541405

General News of Monday, 14 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Justice: Calixthe Beyala révèle les vrais bourreaux de Paul Chouta sur la CRTV

L'affaire 'Paul Chouta' a été au menu de l'entretien accordé par l'écrivaine Camerounaise Calixthe BEYALA à nos confrères de la CRTV dans l'émission ‘’Cameroun Feeling’’ de ce lundi 14 septembre 2020.

Interpelée par un internaute pour un éventuel retrait de la plainte contre l'activiste, Calixthe BEYALA est revenu sur d'autres aspects de cette affaire. Selon elle, contrairement à ce qui se raconte dans les médias et sur les réseaux sociaux, il s'agit d'une affaire de cyber criminalité. Elle accuse notre confrère Paul Chouta d'avoir "envoyé quelqu'un l'agresser et d'avoir fait des montages avec des images accompagnées de textes". Ceci selon ses propos, sort de la diffamation et entre dans la cybercriminalité.

L'écrivaine affirme avoir retiré sa plainte depuis plusieurs mois déjà sur la base d'accord signé avec Me Emmanuel Simh, avocat de Paul Chouta. Mais, malheureusement précise-t-elle, cet accord ne servait à rien puis que l'affaire était déjà au niveau du substitut du procureur.
"J'ai retiré ma plainte. On a signé un accord avec son avocat Me. Simh, qu'ils enlevaient les images et apparemment on m'a dit que ça ne servait à rien, c'est un problème qui va au niveau du substitut du procureur (...) apparemment il y'avait aussi d'autres plaintes (...) Je lui ai payé à manger, je l'ai grondé. J'ai signé les documents avec Me. Simh et je suis partie." a-t-elle fait remarquer.



Cameroun : un célèbre média américain se saisit de l'affaire Chouta

Les défenseurs des droits de l’homme plaident pour que justice soit rendue à Paul Chouta, un blogueur et lanceur d'alerte en prison et sans jugement depuis 16 mois. Arrêté en juin 2019, il est accusé de diffamation, d'injures par l’écrivaine Calixte Beyala.

Paul Chouta est accusé d’avoir diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo de l’écrivaine franco-camerounaise Calixte Beyala en train de s’en prendre verbalement à un homme à Douala.

A noter que sur les sept personnes impliquées dans la diffusion de cette vidéo sur les réseaux sociaux, seul Paul Chouta est maintenu en détention.

Selon Ernesto Yene, défenseur des droits de l’homme, pense que "Paul Chouta est carrément prisonnier d’Etat, il y a un petit groupuscule de gens qui ont décidé de faire traîner cette affaire".

"L’on est plus proche d’une affaire kafkaïenne que d’une procédure judiciaire dans un Etat de droit", renchérit Cyrille Rolande Bechon, directrice exécutive de Nouveaux droits de l’homme. Le 2 septembre dernier, elle a au nom d’un collectif d’ONG de défense des droits de l’homme, pris position dans cette affaire.

"Nous mettons en exergue une arrestation arbitraire, une garde à vue illégale et abusive, une détention tout aussi arbitraire de Paul Chouta avec en prime le refus total d’appliquer l’article 224 du code pénale relatif à la liberté sous caution", a dénoncé Cyrille Rolande Bechon, dans une déclaration à la presse.

15e renvoi devant le tribunal

Au lendemain de cette sortie médiatique, l’audience prévue au tribunal de première instance de Yaoundé a été une nouvelle fois renvoyée au motif que le procureur et le juge chargé de l’affaire ont été affectés. La partie plaignante devait pourtant apporter les preuves de son accusation.

"Nous avons toujours attiré l’attention du juge en lui disant que si la prétendue partie civile qui présume avoir été victime de quoi que ce soit, manque de preuves contre notre client, qu’on le libère", confie à VOA Afrique, Crépin Ndjodo, avocat du blogueur Paul Chouta.

"Nous sommes quand même en matière de flagrant délit, si après 15 mois, notre client est toujours en détention, et je précise ici que c’est le seul à être en détention dans cette affaire, alors je commence à penser à un acharnement", ajoute l’avocat.

Paul Chouta est selon ses détracteurs, un activiste des réseaux sociaux proche du MRC Mouvement pour la renaissance du Cameroun, le parti de Maurice Kamto. Lanceur d’alerte, promoteur d’une plateforme digitale baptisée « TGV de l’info », il officiait aussi comme journaliste pour le site « Cameroonweb ».

"C’est inacceptable que des individus décident de prendre la justice de notre pays en otage, il faut qu’on arrête avec ça", dénonce avec véhémence .

Calixte Beyala se prononce

"Paul Chouta m’a insulté du matin au soir, c’est hallucinant alors que je ne le connais même pas, je trouve qu’au Cameroun il y’a du laisser-aller, il fallait que je porte plainte", a expliqué dans une interview accordée à une chaîne privée locale, Calixte Beyala qui a porté plainte.

La prochaine audience est prévue le 1er octobre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter