Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 13Article 534508

General News of Thursday, 13 August 2020

Source: mediatudecmr.com

Jean-Jacques Ze ne veut plus entendre parler des ambazoniens sur les médias camerounais

Pour le journaliste de Vision 4, quand les médias « les partagent » ils servent « la cause de ceux qui veulent répandre la psychose dans notre pays ».

Ce jeudi 13 août dans sa traditionnelle chronique matinale sur Vision 4, Jean Jacque Ze est revenu sur l’horrible assassinat d’une jeune femme à Muyuka. Selon plusieurs médias, des hommes présentés comme des combattants sécessionnistes s’en seraient pris à la jeune dame, accusée d’être un indic au service des forces de l’ordre. Dans une vidéo de 20 secondes qui aurait été faite le mardi 11 août 2020 dans le quartier de Makanga à Muyuka, région du sud-ouest- Cameroun, on la voit sauvagement assassinée à la machette, les mains liées au dos.

L’image de cette scène qui a fait le tour de la toile et racontée par de nombreux médias n’est pas tolérée par Jean Jacque Ze. « Quand nous les partageons nous servons la cause de ceux qui veulent répandre la psychose dans notre pays. » pense l’ancien directeur adjoint de Vision 4.

Toujours selon lui, il faudrait cesser de mettre en avant leurs actions dans les médias. « Certains médias font de leurs messages les sujets phares. Nous sommes à leur service sans le savoir. Parfois le black-out les met plus mal à l’aise, mais lorsque nous sommes les premiers à titrer : sur le thé'tre de la crise, ils ont fait ci, ils ont encore fait ça, nous sommes en train de célébrer le terrorisme et ces terroristes. Notre travail n’est pas celui-là, c’est de permettre aux populations de rester mobilisé. » recommande Jean Jacque Ze.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter