Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 13Article 588721

General News of Tuesday, 13 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Jean - Collins OYONO-ENGUELE, lave et rince le frère cadet de Louis Paul Motaze

Selon cet homme politique, le frère cadet du ministre Louis Paul Motaze, le nommé Arnold Petit MOTAZE fut envoyé en Allemagne par sa tante Jeanne Irene Biya, l’ancienne première dame pour effectuer des études en médecine, malheureusement, il « est revenu au Cameroun, bredouille, les mains vides, sans diplôme de Médecine, après un long séjour de 12 ans ».

La sagesse populaire dit : " De la discussion jaillit la lumière". Le débat est le meilleur allié de toutes les sociétés qui aspirent véritablement à la paix, au progrès et à la prospérité, car, la dialectique est le vecteur du progrès social ; c'est la raison pour laquelle le philosophe Joseph Prudhon a écrit : " Tout progrès commence par une abolition, toute réforme s'appuie sur la dénonciation d'un abus et toute idée nouvelle repose sur l'insuffisance démontrée de l'ancienne ". Dès lors, il est clair que les adeptes de la pensée unique ou de la société unanimitaire ne sont rien moins que les apôtres de l’obscurantisme, frère jumeau du primitivisme, ce primitivisme à cause duquel l’Afrique, ce pauvre continent qui ne pèse que 1% du Produit Intérieur Brut mondial, reste désespérément à la traîne, sur la scène internationale.

Les êtres humains sont fondamentalement différents les uns des autres ; et justement, leurs différences résident dans leurs diverses manières de penser. Un homme ne vaut que ce que valent ses pensées, ses croyances et ses convictions. Chacun de nous ressemble à ce qui sort de sa bouche, car, la bouche parle de l'abondance du cœur. Peut-on imaginer deux frères , fussent-ils des rejetons d'une même mère et d'un même père , qui ont le même âge , suivent le même cursus scolaire ou universitaire , empruntent le même chemin , chaque jour , exercent la même profession , participent aux mêmes cérémonies , savourent les mêmes victoires , aiment les mêmes femmes , dorment à la même heure , connaissent les mêmes déceptions , subissent les mêmes vicissitudes de la vie , ont la même religion , lisent les mêmes livres et aiment les mêmes musiques ? Car voilà les aspects qui influent sur la vie de tout être humain. Laurent Esso, qui totalise plus de 30 années à la fonction de Ministre, chanterait- il l'hymne national du Cameroun avec les mêmes motivations qu'un chômeur ou un pauvre instituteur qui tire le diable par la queue ? Qu'y a-t-il de commun entre un mélomane, qui dit être un fan de Lady Ponce, et celui qui se régale des symphonies de Mozart ou de Ludwig van Beethoven, l'extraordinaire génie ? Un lecteur, qui savoure la crème intellectuelle d'un Léopold Sedar Senghor, cet homme à la plume si savante et si romantique (Homme d’État, Prince des poètes et Académicien) et un lecteur attitré de Cameroun Tribune n'ont que très peu de similitudes, à défaut d'être aux antipodes l'un de l’autre.

Tous ceux qui frissonnent à la seule idée d'être critiqués devraient plutôt se regarder dans le miroir de leur conscience, car, nos ennemis les plus redoutables sont tapis dans le tréfonds de nos consciences. Tous ceux qui ne supportent pas le débat contradictoire ont certainement peur de quelque chose dont eux seuls mesurent la gravité ; tous ces esprits éteints, qui évitent le débat contradictoire , comme s'il s'agissait du Corona virus , étalent honteusement leurs limites et leurs insuffisances , en nous faisant cet aveu : " Nous sommes parfaitement conscients de n'être que des coquilles vides, ringardes et inutiles , parce que les arguments pertinents et convaincants nous font cruellement défaut . Chaque Camerounais devrait se poser cette question : Qui est plus dangereux entre l'affabulateur et celui qui a la certitude de détenir la vérité ? Quoi qu'il en soit, Mary Baker nous a légué ce secourable précepte : " Les pas du mensonge sont rapides et faibles, ceux de la vérité sont lents et fermes «. Bien plus , les Camerounais doivent apprendre , une fois pour toutes , que , non seulement , la lecture est le levain du débat politique , mais surtout , que la connaissance , c'est le pouvoir , au lieu de brandir des torchons de diplômes qui relèvent aussi bien de l'inutilité que de la futilité . C'est pour cette raison que Sir Francis Bacon, contemporain de Sir Isaac Newton et père de la science moderne, a dit, avec autorité : ' Reading makes a full man '. Qui plus est, qu'on le veuille ou pas, les relations humaines se traduisent par la dictature de la connaissance sur l’ignorance, d'où ce constat du prophète Osée : " Mon peuple périt faute de connaissances ". Il est donc évident que tous ceux qui, parmi nos compatriotes, se complaisent dans l’ignorance, ont volontairement choisi la voie de la perdition.
L’histoire de l'humanité se caractérise par un combat permanent qui oppose la vérité au mensonge, la franchise à l’hypocrisie, la lumière aux ténèbres, la connaissance à l'ignorance et l'excellence à la médiocrité. Tant pis pour ceux qui s'enferment obstinément dans une caverne obscure. À tous ceux qui se renient publiquement, en prétextant d'être apolitiques, sans se rendre compte que ce n'est là qu'un aveu de sournoiserie, sœur aînée de la traîtrise, je prends la peine de rappeler cette maxime de Jacques Julliard : " Les affaires politiques sont les affaires de tout le monde, les affaires de tout le monde sont des affaires politiques ".

En ce qui me concerne, j'aime la vie que je mène et je mène la vie que j’aime. J'aime la politique ; je suis politicien jusqu'au bout de mes orteils et de mes ongles. J'ai le courage, l'intelligence et le tempérament de mes convictions. Je suis un animal politique. En psychanalyse, chacun ressemble à ses rêves, à ses ambitions et à ses livres de prédilection ; plus concrètement, mon livre de chevet, depuis 1999, s'intitule " L' HISTOIRE D'UNE AMBITION ": cet ouvrage, qui vaut son pesant d'or et qui est le résumé des 40 années du parcours politique du Président François Mitterrand, porte la prestigieuse signature de Catherine Nay. Coïncidence extraordinaire , ma formation politique fut légalisée , le 26 Octobre 2011 , 95 ans , jour pour jour , après la naissance , le 26 Octobre 1916 , de François Mitterrand qui rendit son âme à DIEU , le 8 Janvier 1996 , jour de mon 28eme anniversaire . Autant dire que les faits sont sacrés. L’ami de mes rêves s'appelle bel et bien François Mitterrand et non pas Arnold Petit MOTAZE avec qui je n'ai aucune connivence. Tout le reste et tout ce qu'un MOTAZE Arnold Petit peut penser de moi est sans objet comme la conférence nationale. Tant mieux pour Arnold Petit MOTAZE qui passe le plus clair de son temps à organiser des soirées de beuverie , parce qu'il coure , sans arrêt , derrière les bouteilles de bière et de whisky , les cuisses de poulet et des morceaux de viande, le tout clôturé par des campagnes de dénigrement , de médisance , de cafardage et de calomnies . Sa morphologie en dit long. Drôle de conception du développement de son pays ! Parfois, je me demande par quel mystère ce genre de margoulin peut-il avoir eu l'honneur d'être mon camarade de classe ...

Et justement, lorsque j'étais élève au Lycée Mixte de Sangmelima , ma ville natale , j'ai eu ce fameux Arnold Petit MOTAZE comme camarade de classe , de la 6 eme1 en 3 eme1 . C'est le frère cadet de l'actuel Ministre des Finances, Louis Paul MOTAZE. Arnold Petit MOTAZE peut, mieux que quiconque, témoigner que je brillais de mille feux comme la lune au firmament. Ce qui était une évidence, puisque je porte l'un des plus prestigieux prénoms de l'histoire des savants. Oui ! Je porte le nom d'un savant, le même nom que COLLINS, le commandant de bord d'Appolo 11 qui, le 16 Juillet 1969, emporta les 3 astronautes américains vers la lune. Arnold Petit MOTAZE, bien qu'il soit demeuré le cancre qu'il a toujours été, ne pourra jamais nier, un jour, qu'il était présent le jour où le DIEU TOUT-PUISSANT a posé sur ma tête une couronne dorée, en me faisant adouber par le Président Ahmadou Ahidjo. Personne, dans le Département du Dja-et-Lobo, ne saurait nier que le Président Ahmadou Ahidjo est mon père adoptif. Alors n'est-il logique et tout à légitime que mon mes yeux soient impérativement rivés sur ce Palais d'Etoudi construit par mon père adoptif ? Laurent de Lavoisier, père de la chimie moderne, ne croyait pas si bien dire :" Rien ne se perd, rien ne se gagne ; tout se transforme". Mon Prix d'Excellence Ahmadou Ahidjo , qui vaut de l'or , s'est merveilleusement transformé tant et si bien que , dans mon tiroir à secrets , se trouvent une lettre de Félicitations du Président Jacques Chirac , une lettre de Félicitations de Lionel Jospin , ancien Premier Ministre français , une lettre de Félicitations de Raymond Forni , autrefois Président de l'Assemblée Nationale Française , une lettre de Félicitations de Christine Robichon , Ambassadrice de France au Cameroun , en 2016 , sans oublier cette lettre de Félicitations du Ministre d'État Secrétaire Général de la Présidence de la République , Jean Marie Atangana Mebara , sur instruction du Président de la République , le 20 Avril 2005 . Du reste, mon numéro de fichier à la Présidence de la République est le B/36. En passant, je suis très curieux de savoir s'il existe une signature plus puissante que celle du Président Jacques Chirac ! Si oui, laquelle ?
Alors , même si je partageais la même cour de récréation et la même classe qu'Arnold Petit MOTAZE , tout le monde s'accorderait qu'il doit la boucler , quand je parle , et surtout Arnold Petit MOTAZE et tous les autres semblables bricoleurs ont l'obligation de faire acte d'allégeance devant moi , car , faut - il le réitérer , Arnold Petit MOTAZE sait , et il n'aura jamais le courage de le nier , que j'ai toujours été, à côté de lui , comme de l'or pur à côté de la pacotille .

Je m'en voudrais de terminer mon propos, sans donner à mes compatriotes ce petit détail, car, un proverbe allemand dit :" Le diable se trouve dans les détails ". Justement , après l'obtention de son Baccalauréat , ce diplôme créé par l'Empereur Napoléon Bonaparte , Arnold Petit MOTAZE , en sa qualité de neveu de la regrettée Première Dame , Jeanne Irène BIYA , fut envoyé en Allemagne , pour poursuivre des études de Médecine , dans l'espoir qu'une fois de retour au pays natal , Arnold Petit MOTAZE contribuerait , par sa précieuse expertise , au développement du Cameroun . Malheureusement, Arnold Petit MOTAZE est revenu au Cameroun, bredouille, les mains vides, sans diplôme de Médecine, après un long séjour de 12 ans. Arnold Petit MOTAZE a d'ailleurs été recruté à la National Social Insurance Fund, entendez, Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, du temps où son tout puissant grand-frere y trônait comme General Manager, entendez, Directeur Général. Arnold Petit MOTAZE y sera radié, pour des raisons qui ne sont qu'un secret de Polichinelle aussi vulgaire que lui-même. Voilà donc un personnage qui avait été incapable de devenir Médecin, mais qui s'évertue quand même à me caillasser. Si vous auriez été, comme moi, fils de Médecin formé, à l'Université Libre de Bruxelles, et à l'Université Pierre et Marie Curie, en France, Qu'auriez-vous pensé de cet Arnold Petit MOTAZE ? Toujours est-il que j'admire beaucoup la témérité de certains de mes compatriotes qui , à l'instar de ce fameux Docteur Arnold Petit MOTAZE , se donnent la liberté , à leurs risques et périls , de frôler ma royale personne .

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter