Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 03Article 503026

Opinions of Friday, 3 April 2020

Journaliste: Modestine Carole Tchatchouang Yonzou

Je demande pardon à Simon Herve Eone Eone

En date du 21 mars dernier, par une publication rendue publique, j’annonçais la rupture de ma relation avec Mr Simon Herve Eone Eone. Depuis lors, alors que l’humanité tout entière fait face à une terrible pandémie (Coronavirus) qui a déjà fait plus de 50.000 morts à travers le monde, les réseaux sociaux camerounais semblent monopolisés sur notre histoire de couple qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Avant toute chose, je voudrais ici converger mes excuses les plus sincères à Hervé. S’il te plait, si je t’ai d’une manière ou d’une autre offensé par cette annonce publique, je te demande humblement pardon. Mon intention n’a jamais été de t’humilier ou de blesser ton orgueil d’homme, très loin de là.

Bien que les raisons ayant induites cette sortie aient succinctement été expliquées, j’observe malheureusement que sous le prisme de l’intolérance, c’est chacun qui dit tout et n’importe quoi sur notre histoire de couple. Comme je l’ai déjà dit et au risque de me répéter, en ce qui me concerne, entre Hervé et moi, c’était une histoire d’amour passionnelle entre deux adultes consentants.

Une histoire d’amour entre deux jeunes camerounais qui se sont rencontrés, sont tombés sous le charme l’un de l’autre et ont décidé de construire ensemble un avenir. Aujourd’hui et quel que soit l’issue de cette relation, il est important que vous sachiez que cette histoire était vraie et sincère, nous avions ensemble construits des projets d’avenir comme faire un enfant, lancer notre mouvement politique que nous avions baptisés Mouvement pour l’Alternance au Cameroun (MAC) et un retour au Cameroun qui était prévu pour la fin de cette année. Vous pouvez comme j’entends les gens le dire ici et là qu’il était tôt pour planifier toutes ces choses (comme le projet d’un bébé), nous vous concédons votre jugement, concédez nous les nôtres! Et surtout, merci de respecter nos décisions, car voyez-vous, nous sommes assez matures et adultes pour planifier notre avenir sous le prisme que seul nous jugeons utile.

J’ai bonne conscience que les passions générées autour de notre couple témoignent à suffisance si encore besoin l’était de l’amour que vous portez pour nous. Mais, je pense en toute honnêteté que la pandémie auquel le monde fait face devrait être notre préoccupation majeure en ce moment où le monde se meurt.

Pour ceux qui en font une récupération ethnique d’une affaire de Bamileké contre les Basa’a, ou qui jugent que cet homme ne me mérite pas, j’aime à vous rappeler que l’amour n’est pas une équation mathématique. L’amour ne connaît pas les barrières raciales, religieuses, ethniques ou de classes sociales. L’amour ne calcul pas, l’amour ne raisonne pas...L’AMOUR C’EST L’AMOUR ET ON NE PEUT PAS RATIONNELLEMENT EXPLIQUER POURQUOI ON AIME X OU Y. Alors, ne me demandez pas pourquoi Herve, je ne saurais vous l’expliquer, car moi-même je ne sais pas.

Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ? Qui ne se rappelle pas avoir effeuillé la marguerite cherchant à vaincre l'affreux doute quant à l'amour du ou de la bien-aimée ? Qui ne se rappelle pas les émotions du premier amour naissant ? Comment la proximité de l'élu(e) pouvait nous faire chavirer et rêver pendant des heures... avant même de lui avoir adressé la parole ? Nous étions en amour avec l'Amour.

La première sortie, le premier baiser, la première promesse, la première caresse, le premier projet rêvé à deux. Il était tellement merveilleux ; elle était tellement belle ; rien n'existait plus sans lui ; l'avenir n'était pas possible sans elle. Notre amour était pur et éternel. Nous transformions le monde, avions les plus beaux enfants et nous vivions heureux. Rien ne pouvait nous arrêter. Sauf...

Puis… la première peine d'amour. Que de pleurs et de sanglots ! Comment a-t-il pu me faire cela ? Jamais je n'aurais imaginé qu'elle puisse être comme ça. Quel grand vide crée la première peine d'amour ! Que de mal au ventre et à l'estomac la perte de l'être aimé peut susciter. Quelle déprime ! Et juste avant de sombrer complètement, voilà qu'arrive... !!!

JEUNE GENS, VOUS AVEZ TUÉ L’AMOUR !

Mais, du haut de mes 35 ans, je me réjouis encore d’être capable d’éprouver ces sensations qui se mélangent entre joies et peines et qui dans l’ensemble me rappellent que j’ai gardé mon âme d’enfant, car comme le dit si bien Babielo, “Seuls les enfants savent aimer”.

L’amour ne connaît ni regret ni orgueil.

Hippolyte a dit : “Aimer, c’est avoir pour but le bonheur d’un autre, se subordonner à lui, s’employer et se dévouer à son bien.” Moi je vous dis, aimez comme si c’était votre dernier jour sur terre, avec passion et dévotion. Et si un jour, vous perdez votre amour, gardez en mémoire les bons souvenirs en souhaitant à l’autre d’être heureux même si c’est sans vous.

Sur ce, je vous invite humblement à respecter notre histoire de couple, le surpasser et ensemble, nous concentrer sur ce qui est essentiel, COMMENT FAIRE FACE À CE MONSTRE INVISIBLE (CORONAVIRUS) QUI MENACE L’HUMANITÉ TOUT ENTIÈRE!
Puisse l’éternel vous protéger vous et vos familles!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter