Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 27Article 569557

General News of Wednesday, 27 January 2021

Source: Cameroon Info

'Je demande à mes cousins de l’Ouest de dire à leurs enfants en Europe que Biya les adore'

Dans un entretien à Bnews 1 le 26 janvier 2021, le leader politique a estimé que la région de l’Ouest reçoit plus d’attention de la part du régime en place que celle du Littoral.

Paul Éric Kingue était mardi, invité sur le plateau de Bnews 1, la nouvelle chaîne d’information en continu. L’occasion pour le maire de Nombe-Penja dans la région du Littoral, de présenter son bilan depuis son retour à la tête de cette commune après les élections du 9 février 2020.

«J’ai prêté serment le 17 mars 2020 et immédiatement après, arrive le COVID-19 et la première réaction, c’est de faire fabriquer 50 000 masques pour mes populations. Je suis le seul maire au Cameroun à l’avoir fait. J’ai lu qu’Eto’o Fils l’a aussi fait. Lui est milliardaire et moi non. Car, le plus important, c’est la santé de mes populations», se vante l’homme politique.

Parmi les autres réalisations, a-t-il énuméré, le recrutement de 75 jeunes qui nettoient quotidiennement les routes de la commune, la construction des drains pour faire face aux inondations, l’achat des engins lourds pour les travaux publics ou encore la pose de 250 lampadaires pour l’éclairage public.

Dans un style qui lui est propre, le président national du MPCN (Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau) a mis en garde les entreprises qui exploitent «illégalement» les carrières de pouzzolane dans sa localité, annonçant le recouvrement forcé de différentes taxes. A ce sujet, il a accusé le ministre de la Décentralisation et du Développement Local, ainsi que le préfet du Moungo d’être les complices de cette situation qui, a-t-il souligné, maintient ses populations dans la pauvreté.

En 2021, plusieurs projets sont en vue. En bonne place, l’extension du réseau d’eau et d’électricité, le profilage des routes, le lancement des travaux de construction d’un nouvel hôtel de ville et de la cité municipale, a annoncé celui qui est vice-président de Communes et Villes Unies du Cameroun, l’association des maires du pays.

Paul Éric Kingue a conclu son entretien en estimant que la région de l’Ouest bénéficie d’une meilleure attention de la part du pouvoir en place que celle du Littoral.

«Cinq mois avant 2021, je suis allé voir le ministre des Travaux Publics Emmanuel Nganou Djoumessi pour lui demander de penser à Njombe-Penja pour les projets de 2021. Mais quand j’ai regardé le journal des projets pour cette année, je n’ai rien vu pour ma localité. Pourtant Njombe-Penja est un grand bassin agricole. Mais à l’Ouest, il y a des petits villages qui sont goudronnés tous les jours… Il faudrait que le ministre Nganou Djoumessi sache qu’il est le ministre de tous les Camerounais, pas de sa localité», a fustigé le maire.

«Dans le Moungo, le ministre des Travaux Publics faits des petits pansements, il fait des sparadraps alors qu’il y a de grands trous», a-t-il déploré.

«Quand je vois les gens qui pourchassent M. Biya en Europe, 90% sont mes cousins – j’ai 25% de sang Bamiléké – alors qu’il y a deux ministères seulement au Cameroun de près d’un demi-millier de milliards de FCFA et qui sont entre les mains des ressortissants de l’Ouest. Il y a ma sœur Célestine Ketcha Courtès (Habitat et Développement Urbain, NDLR) qui a un budget 124 de milliards de FCFA et vous avez le ministre Nganou Djoumessi qui est à plus de 400 milliards de FCFA… Mais ils ne prennent pas la peine de dire à mes cousins en Europe tout le bien que l’Etat fait pour la région de l’Ouest», a indiqué M. Kingue.

Après avoir fait constater qu’un ressortissant de Njombe-Penja n’avait jamais été nommé ministre et que les fils du Littoral n’étaient pas portés aux fonctions ministérielles importantes, il a fait cette exhortation: «Je demande à mes cousins de l’Ouest de dire à leurs enfants en Europe que Paul Biya les adore. Parce qu’il donne plus d’un demi-millier de FCFA à Nganou Djoumessi et Célestine Ketcha Courtès».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter