Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 22Article 550735

General News of Thursday, 22 October 2020

Source: Cameroon Info

Je continue de chercher ma femme - témoignage d'une victime du drame de Eseka 4 ans après

Me Dorette Dissake, l’épouse du septuagénaire, faisait partie des passagers du train 152 de la Camrail qui a déraillé le 21 octobre 2016 près de la gare d’Eseka. Quatre ans après le drame, son corps n’a jamais été retrouvé.

Ce mercredi 21 octobre 2020 marquait le quatrième anniversaire de la catastrophe ferroviaire d’Eseka (Centre). Un jour sombre pour Me Thomas Dissake. Son épouse, Me Dorette Dissake faisait partie des passagers du train 152 de la Camrail qui a déraillé le 21 octobre 2016. Seulement, après cette tragédie, son corps n’a jamais été retrouvé.

Quatre ans après, Me Thomas Dissake refuse de baisser les bras. «Je suis toujours sans nouvelles d’elle. Je continue de chercher ma femme. Croyez-vous que quatre années suffisent pour qu’on abandonne les recherches d’une personne qu’on ne voit pas ? Moi je continue de la chercher», confie-t-il dans une interview accordée au quotidien Le Jour édition du 21 octobre 2020.

Au lendemain de cette catastrophe, des enquêtes ont été ouvertes pour tenter de retrouver l’avocate. «Le dossier a donné lieu à une recherche physique d’après les informations que j’ai communiquées à la police. On a fait une exhumation du corps à Lobo, dans le département de la Lekié le 10 mars 2020, jour d’anniversaire de mon épouse. A la suite celle-ci, les médecins de la police ont fait des prélèvements qu’ils ont envoyés à un laboratoire français de génétique à Nantes avec les éléments de ma fille et de sa fille. Les conclusions de cette analyse ont dit qu’il ne s’agit pas de mon épouse. Il n’y a pas de compatibilité entre cette dame qui est couchée et ma fille. En ce qui me concerne, cela relance la recherche à zéro», soutient-il.

Après cette étape qui s’est avérée infructueuse, Me Dissake, qui estime que les enquêtes qui ont été menées jusque-là par les enquêteurs désignés n’ont pas été sérieuses, envisage de lancer une campagne médiatique afin de retrouver son épouse.

«Je pense qu’il faut passer à une campagne de communication, une campagne médiatique par l’affichage. Parce qu’aujourd’hui lorsqu’on fait la recherche d’une personne, l’on publie ses photos, des émissions radio et probablement des émissions télés avec sa photo. Le problème est de savoir si elle est morte, mais qui a vu son corps ? Et pourquoi enlever son corps ? Puisque tous les corps qu’on enlève au moment d’un sinistre sont identifiables tant qu’il n’y a pas eu des déformations vraiment graves. Comment quelqu’un a-t-il pu prendre le corps de ma femme au cas où elle est décédée et considéré que c’est sa personne ?», s’interroge l’avocat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter