Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 03Article 585952

General News of Saturday, 3 April 2021

Source: www.camerounweb.com

J’attends aussi de Paul Biya qu’il me respecte - les regrets du Cardinal Tumi

Jusqu'à sa mort ce 02 avril 2021, Mrg Tumi s'est senti lésé par le président Paul Biya. Il a fait cette confidence à JeuneAfrique quelques mois après son invitation au palais de l'Unité à Etoudi pour rencontrer Paul Biya sur la crise anglophone.

Mais à sa grande surprise, il a été reçu par le directeur de cabinet civil au lieu de Biya qui ne s'est pas présenté à cette rencontre. Il a mal vécu cette situation et parle d'irrespect de la part du président Biya à son égard." Non. J’ai demandé à le voir il y a sept mois. Un jour, j’ai reçu un appel de la présidence m’invitant à me rendre au palais. Je m’y suis présenté, mais, au lieu d’être reçu par le président, j’ai vu son directeur du cabinet civil. Je l’ai poliment écouté et, à la fin de l’audience, je suis parti non sans lui demander de dire à Paul Biya que je n’avais pas apprécié d’être traité avec si peu d’égards. C’est le chef de l’État et je lui dois du respect, mais j’attends aussi qu’il me respecte, ne serait-ce parce que, de nous deux, je suis le plus âgé", at-t-il déclaré avec regrets.


Depuis plus d'un, le cardinal a essayé de fédérer les anglophones pour dialoguer avec le pouvoir de Yaoundé en vain. Il a été un acteur clé dans la recherche de sortie à la crise anglophone et il a toujours donné tort à Paul Biya de laisser perdurer la guerre au NOSO et l'assassinat des innocents. A en croire, Biya a ce pouvoir cette guerre."
Vous le voyez vous-même, tous ces comités n’ont aucune efficacité sur le terrain. Qu’est-ce qui empêche le président de se rendre lui-même sur place ? Qu’il y aille et dise : « Me voici. Que voulez-vous ? Quels sont les problèmes ? », regrette-t-il.



Qui était réellement le Cardinal Chrtistian Tumi?



Né le 15 octobre 1930 à Kikaikelaki (Kumbo) au Cameroun, Christian Wiyghan Tumi était un cardinal camerounais. Il a été successivement évêque de Yagoua, archevêque coadjuteur puis archevêque de Garoua, archevêque de Douala; il était archevêque émérite de Douala depuis 2009.

Prêtre

Après avoir été ordonné prêtre le 17 avril 1966 pour le diocèse de Buéa, Christian Wiyghan Tumi poursuit sa formation en sciences de l'éducation au Nigéria puis à Londres (Grande-Bretagne), en théologie à l'Institut catholique de Lyon (France) où il obtient une licence et en philosophie à l'Université de Fribourg (Suisse) où il obtient un doctorat.

De retour au Cameroun, il est nommé recteur du grand séminaire régional de Bambui dans l'archidiocèse de Bamenda.

Évêque

Nommé évêque de Yagoua au Cameroun le 6 décembre 1979, il est consacré le 6 janvier 1980 par le pape Jean-Paul II en personne. Le 19 novembre 1982, il devient archevêque coadjuteur de Garoua, diocèse dont il devient archevêque le 17 mars 1984. Enfin, il devient archevêque de Douala le 31 août 1991.

Il préside la conférence épiscopale camerounaise entre 1985 et 1991.
Il se retire de sa charge d'archevêque le 17 novembre 2009 à l'âge de 79 ans. Son coadjuteur, Mgr Samuel Kleda lui succède.

Cardinal

Il est créé cardinal par le pape Jean-Paul II lors du consistoire du 28 juin 1988 avec le titre de cardinal-prêtre de Santi Martiri dell'Uganda a Poggio Ameno.

Au sein de la Curie romaine, il est membre de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, de la Congrégation pour l'éducation catholique, de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, du Conseil pontifical « Cor unum » pour la promotion humaine et chrétienne et du Conseil pontifical pour la famille.

Positions politiques

Il se prononce en 2009 contre la décriminalisation de l'homosexualité et critique le gouvernement de l'époque pour avoir ratifié la Déclaration de Maputo de 2003 sur les droits humains en Afrique.

Le 6 novembre 2020, Christian Tumi a été libéré. Il avait été enlevé le 5 novembre 2020 - en compagnie de onze autres personnes parmi lesquelles Fon Sehm Mbinglo II, le chef traditionnel des Nso - dans le Nord-Ouest par un groupe de sécessionnistes ambazonien en conflit armé avec les forces camerounaises.

Distinctions

Le 9 septembre 2008, le cardinal Tumi reçoit le prix Cardinal von Galen, décerné par l'ONG Human Life International (en) « en reconnaissance de près d'un demi-siècle de pastorale de ce Prélat en faveur de la famille, des laisser pour compte, de l'avènement et du respect du jeu démocratique au Cameroun ».

Le 15 novembre 2011, il reçoit le Prix de l'Intégrité 2011 décerné par Transparency International

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter