Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 03Article 560126

General News of Thursday, 3 December 2020

Source: Cameroon Info

International Crisis Group dénonce l’ethnicisation de la scène politique camerounaise

L’ONG internationale déplore l’escalade des discours de haine entre les partisans de Paul Biya au pouvoir, et les affidés de l’opposant Maurice Kamto. Elle invite par ailleurs le gouvernement, dans un rapport rendu public ce jeudi 3 décembre 2020, à œuvrer pour mettre fin à la discrimination et à la haine tribale.
L’ONG International Crisis Group (ICG), a passé aux peignes fins le climat politique au Cameroun sur les deux dernières années, depuis la tenue de l’élection présidentielle de 2018. Elle dénonce dans un rapport rendu public ce jeudi 3 décembre 2020 et intitulé «Apaiser les tensions ethno-politiques au Cameroun, en ligne et hors ligne», l’ethnicisation de la scène politique camerounaise, par des partisans du président de la République vainqueur de ladite élection, Paul Biya, et les affidés de l’opposant Maurice Kamto, qui n’a de cesse de crier à sa victoire volée depuis cette échéance électorale.

«Les tensions entre les camps de Biya et de Kamto, de plus en plus souvent formulées en termes ethniques, menacent la stabilité nationale, déjà ébranlée par l’insurrection séparatiste dans les régions anglophones», déplore l’ONG, qui croit savoir que cette situation tire ses origines dans les défaillances électorales ayant contribué à discréditer ledit scrutin.

Par conséquent, ICG préconise une interaction entre le gouvernement du Cameroun et le réseau social Facebook, les partis de l’opposition et la société civile, en vue de juguler la discrimination et la haine tribale, et surtout limiter les contenus incendiaires et la désinformation.

«Les propos haineux se multiplient, et avec eux les tensions ethniques – tendances qui, si elles se renforcent encore, pourraient menacer la stabilité du Cameroun. Afin d’apaiser la situation, le gouvernement devrait entamer un dialogue avec ses opposants sur la question du système électoral et prendre des mesures afin de le rendre plus juste. Il devrait introduire de nouvelles lois interdisant toute discrimination ethnique et permettre à la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme d’imposer des quotas entre les nombreux groupes ethniques du pays au sein de ses institutions publiques. De son côté, Facebook devrait accroître ses efforts pour passer au crible les propos haineux et promouvoir des contenus vérifiés pour mettre fin à la prolifération de la désinformation», recommande ICG dans son rapport.

Dans ce contexte marqué par la tribalisation du débat politique, l’ONG y voit les prolégomènes d’un conflit interethnique, attisé d’une part, par «les Bulu de Biya, originaires de la région francophone du Sud, et les Beti du Centre francophone, proches des Bulu?; et, d’autre part, les Bamiléké de Kamto, originaires de l’Ouest francophone».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter