Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 20Article 581587

Actualités of Saturday, 20 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Interdite à l’UCAC : Nathalie Koah peut compter sur Wilfried Ekanga

Nathalie Koah peut compter sur Wilfried Ekanga Nathalie Koah peut compter sur Wilfried Ekanga

Wilfried Ekanga n'a pas trainé avant de récupérer l'affaire Nathalie Koah. La jeune femme d'affaires interdite à l'UCAC selon une partie de la presse camerounaise peut compter sur le cadre du MRC. Nathalie Koah serait simplement victime de comportements sexistes. Son péché ne serait pas son passé troublant avec Samuel Eto'o mais son genre (femme).

Le Cameroun ne sera jamais un pays développé. En fait, il ne franchira même jamais les portes de l'émergence. Parce que ce pays demeure incapable de se débarrasser de ses trois abcès principaux : le tribalisme et tout ce qu'il entraîne, la gérontocratie (voire la haine des jeunes) et tout ce qu'elle entraîne, et surtout la misogynie (mépris des femmes) et tout ce qu'elle entraîne.


Un État voyou est un État où vous êtes désigné coupable non pas en fonction de la faute commise, mais en fonction de vos opinions politiques, de votre statut social ou tout bêtement de votre sexe. Et sur ce dernier point, la Crevettonie fonctionne comme certaines sociétés primitives du Moyen-Orient où, lorsqu'un homme viole une femme, l'on oblige cette femme à épouser son bourreau, et donc à porter les conséquences d'un crime dont elle est pourtant la victime.

En plus du traumatisme à vie que lui causent déjà les images de l'agression subie.
Au Cameroun, si une femme se fait agresser, les gens s'attarderont plutôt sur son accoutrement en demandant : "Elle portait d'abord la minijupe pourquoi? Est-ce qu'elle ignorait qu'on ne part pas dans le quartier là en talons-aiguille?". Ainsi, ils auront oublié qu'on est dans une affaire criminelle avec un monstrueux prédateur d'une part, et une victime naïve devenue proie d'autre part. Et dans un pays qui aspire à l'émergence, la loi condamne le monstre, sans lui chercher de raccourci justificatoire.


Il n'existe dans le monde aucun pays développé qui écrase ses femmes , en plus d'être tribaliste et momiecrate. Le métro et les autoroutes ne suffisent pas à sortir de l'archaïsme culturel. Alors imaginez quand en plus de cela, vous n'avez même pas ce métro et ces autoroutes comme les autres
LES PARTAGES INÉGAUX
L'Inferno des femmes au Cameroun se matérialise aussi très souvent dans les cas de responsabilité partagée. C'est-à-dire que dans un crime ourdi en commun, les sorciers de la république vont curieusement épargner le mâle pour s'acharner sur la femelle. Ils ont ainsi inscrit la culpabilité de la femme dans leur constitution cérébrale. Il a le droit de tout ("C'est un homme, il faut supporter"), elle n'a le droit de rien ("Une femme ne doit pas faire ça").
Voilà pourquoi vous avez ici une femme corrompue interdite de parole dans un amphithéâtre (car ramenée et réduite à un seul et furtif épisode de son existence), tandis que son corrupteur reçoit dans la même semaine le titre d'Honoris Causa dans un amphithéâtre (pourtant concepteur et artificier principal de toute la pagaille) . Le tout dans l'indifférence et pire, l'acceptation générale.

Le véritable crime de cette femme n'est donc pas d'avoir été corrompue, mais tout simplement d'être née femme. Car tous sont coupables mais seule une personne est sanctionnée. Voilà le délire crevettonien : le paradigme de la phallocratie (dictature du phallus). La misogynie dans toute sa superficie et son cynisme.


Pourquoi couper le micro à Medusa et le garder allumé pour Barrabbas ? Tant qu'à faire, coupez-le donc à tous les deux !


EN BREF :


En 1678, Jean de la Fontaine publiait une fable avec pour titre < Les animaux malades de la peste > où il écrit : " Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir". Alors chers Rio Dos Camaronesiens, observez le berceau de vos ancêtres (de 81, 86 et 88 ans) et vous trouverez aussitôt la transposition locale :
" Selon que vous serez femme ou homme, les ragots ivrognes du matango vous rendront prostituée ou icône mondiale."
CLAUDE WILFRIED EKANGA EKANGA
( Le seul pays émergent où l'enfant brillant est le fils du père , et où le cancre appartient à la mère. Continuez de vous moquer de vous-mêmes, dans ce misérabilisme préhistorique )

Rejoignez notre newsletter!