Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 14Article 541396

General News of Monday, 14 September 2020

Source: camer

Insurrection : la BAS Suisse aussi menace le régime de Biya

Nous venons d’apprendre que le régime en place à Yaoundé s’apprête à réprimer dans le sang, les manifestations pacifiques prévues dans les prochains jours sur tout l’étendue du territoire national afin de protester contre la poursuite d’un processus électoral biaisé, ceci en contradiction avec les exigences des parties prenantes que sont les partis de l’opposition, la société civile et la communauté internationale qui, ensemble, exigent comme préalables a minima, l’engagement d’un dialogue inclusif pour le retour de la paix dans la partie anglophone du pays d’une part et d’autre part, la révision substantielle du code électoral actuel.

Nous, de la Brigade Anti-Sardinards (BAS), appelons le régime de Yaoundé à la retenue et au respect stricts des droits fondamentaux du peuple camerounais dont la liberté d’expression et celle de manifester pacifiquement sont les pierres angulaires reconnues par la Constitutions camerounaise et les conventions internationales dont le Cameroun est partie.

Nous prenons également la Communauté internationale et les autorités de nos pays de résidence respectifs à témoins et prévenons qu’à toutes répressions policières ou judiciaires des manifestants pacifiques qui interviendraient sur l’ensemble du territoire camerounais à l’occasion desdites marches et manifestations que nous rappelons, seront pacifiques, nous répondrons, chaque branche de la BAS en ce qui concerne son pays de compétence, par des mesures de représailles ciblant non seulement les intérêts de l’appareil étatique camerounais, mais également ceux de ses personnalités camerounaises ordonnant ou exécutant de telles mesures de répression.

La Brigade Anti-Sardinards (BAS) Suisse tient entièrement le Gouvernement du Cameroun pour responsable des dégradations sur les biens et des attaques sur les personnes ordonnatrices ou exécutrices, conséquences directes de la répression qu’il envisage. Qu’il soit rassuré que la BAS saura prendre des mesures adéquates pour répliquer, au moment opportun, à une telle forfaiture.

Il y a lieu ici de rappeler également aux AUTORITES SUISSES sa responsabilité pour avoir accepté d’accueillir sur son sol le dictateur Paul Biya malgré les violations criardes et répétées des droits humains dont il est personnellement initiateur et bénéficiaire, ainsi que la guerre, apparentée au génocide, qu’il a initié et entretient dans les régions anglophones du Cameroun.



Nous avons en son temps, attiré l’attention des AUTORITES SUISSES et l’avons d’ailleurs félicité sur son implication dans la recherche d’une médiation dans le cadre de la crise qui sévit actuellement dans la partie anglophone du Cameroun.

Nous réitérons ici notre appel aux AUTORITES SUISSES et aux représentants du Peuple SUISSE afin qu’ils exigent du Gouvernement camerounais le respect strict des droits fondamentaux de ses citoyens, droits qui sont universels et dont la protection relève de la compétence de tous les États, sans distinction et sans réserve d’une part et d’autre part, la mise en place immédiate des mesures d’apaisement nécessaires avant toute poursuite d’un quelconque processus électoral qui ne pourra qu’être partial dans les conditions sécuritaires et institutionnelles actuelles.

Fait à Lausanne, le 10 septembre 2020

Pour la Brigade Anti-Sardinards Suisse

Yannick FOKAM,
Porte-parole

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter