Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 27Article 537658

General News of Thursday, 27 August 2020

Source: Cameroon Info

Insurection populaire: Grégoire Owona allume Maurice Kamto dans une nouvelle interview

Le Secrétaire national adjoint du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais bat en brèche les préalables énoncés par le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun pour conditionner la tenue des élections régionales, non sans menacer de déloger Paul Biya au pouvoir.

Le ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, Grégoire Owona, par ailleurs Secrétaire national adjoint du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), est revenu, dans une interview accordée ce jeudi 27 août 2020 au quotidien Le Jour, sur la sortie de Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Celui-ci, dans une déclaration lors d’une conférence de presse le lundi 24 août 2020, a menacé de chasser Paul Biya du pouvoir s’il venait à organiser les élections régionales sans au préalable résoudre la crise anglophone, et sans procéder à la réforme du système électoral.

Une sortie qui a courroucé Grégoire Owona, qui semble surpris par la facilité avec laquelle l’opposant édicte ces préalables, et surtout celui concernant la crise anglophone. «Si la loi doit être modifiée, elle le sera par le truchement du peuple camerounais légitimement représenté par les députés qu'il s'est librement choisi. Quant à la crise anglophone, M. Kamto semble avoir un bouton magique sur lequel il faut appuyer pour y mettre un terme en temps et en heure. En ce qui concerne le Gouvernement en place, nous travaillons patiemment sous l'impulsion éclairée du Chef de l'Etat à ramener progressivement l'ordre, la paix et la sécurité dans ces zones mais également à les maintenir sur toute l'étendue du territoire. L’Etat fait face aujourd’hui à des brigands qui sont aussi ses fils, sans complaisance ni faiblesse, les autorités compétentes sont entrain de régler cette crise avec méthode et fermeté», assure le porte-parole adjoint du RDPC.

De plus, il ne pense pas que la guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest peuvent forcément empêcher la tenue d’élections, ce d’autant plus que des opérations électorales se sont déjà déroulées dans ce contexte, et que le Cameroun ne serait pas une exclusivité planétaire en la matière. «L’Irak, l’Afghanistan pour ne citer que ces deux pays sont en guerre depuis des années mais des élections s'y tiennent. On ne peut pas alors crier au loup de la dictature et s'opposer au carburant du jeu politique à savoir le suffrage électoral au terme duquel le peuple se dote de personnalités qui vont œuvrer au développement harmonieux de la Nation», renchérit-il. Grégoire Owona indique d’ailleurs que le MRC ne disposerait pas d’électeurs pour ces régionales, et continuerait de payer le prix de son boycott des législatives et municipales du 9 février 2020.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter