Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 18Article 556639

General News of Wednesday, 18 November 2020

Source: camer

Insécurité au Cameroun : les hôtels s'adaptent

Alors que les établissements d’un standing élevé sont plus ou moins vigilants au plan sécuritaire, ceux de moindre acabit doivent encore s’arrimer.

Effervescence inhabituelle à l’Hôtel des députés de Yaoundé. Normal, puisque la session de novembre est en cours, et cet établissement hôtelier loge des parlementaires. Hier 17 novembre, toutes les entrées sont filtrées dès la guérite. Les badges pour les visiteurs après leur identification, les détecteurs de métaux et les miroirs pour l’inspection des véhicules sont de sortis. Plusieurs agents de sécurité sont également déployés autour de l’hôtel. Par ailleurs, « on ne laisse aucun visiteur entrer ici avec un sac. Nous avons un dispositif consacré à cet effet dès la guérite », expose le patron des lieux, Bakary Alhadji.

Le dispositif sécuritaire de cet établissement hôtelier a connu un coup de fouet depuis l’arrêté du gouverneur de la région du Centre, Naséri Paul Bea. Pris le 10 novembre dernier, il consacre le renforcement des mesures sécuritaires dans les débits de boissons, les supermarchés et les hôtels. Bien avant cet arrêté, l’hôtel veillait déjà au grain, d’après son directeur. Ici, le défi est double : sanitaire à cause du Covid-19 et sécuritaire suite aux explosions de bombes artisanales survenues dans la ville.

Le challenge est identique pour la plupart des grands hôtels de la capitale. Les cinq, quatre et trois étoiles brillent par leur application. Le Hilton dispose ainsi d’un système fait de contrôles et fouilles des véhicules, scan des sacs de toutes sortes, portiques de sécurité et vigiles clairement identifiables.

A plusieurs endroits, des caméras de surveillance sont également visibles, aussi bien aux alentours des bâtiments que dans les espaces communs entre les murs des hôtels. Ici, la sécurité est également un argument marketing. « En plus du confort et de la qualité du service, les clients veulent être rassurés et se sentir protégés quand ils viennent chez nous. Voilà pourquoi on maximise aussi sur la sécurité », confie un responsable d’hôtel.



L’on observe toutefois, de temps à autres, des moments de laxisme dans le contrôle des usagers. Il arrive en effet que ces derniers traversent les check-points sans aucune identification et sans que leurs sacs ne soient fouillés.

« Je voyage beaucoup, ce qui m’oblige à fréquenter régulièrement les hôtels. Il est arrivé à plusieurs reprises que je passe sans être contrôlé », révèle un client. Par ailleurs, dans certains hôtels « haut-standing », le dispositif sécuritaire n’a parfois qu’une valeur dissuasive. A certains endroits en effet, les portiques de sécurité sont défaillants.

Dans le secteur hôtelier, plus le nombre d’étoiles diminue et moins la sécurité est une priorité. Ainsi, à côté des établissements étoilés qui fournissent des efforts visibles, beaucoup d’hôtels ne disposent d’aucun dispositif sécuritaire spécifique. Et ceux qui en possèdent ont un effectif hommes réduit.

D’autres se contentent de caméras de surveillance au parking, au hall et aux principales entrées. Ici, les responsables sont peu diserts sur la question. Certains invoquent néanmoins des raisons financières pour expliquer leurs lacunes. « Pour avoir un vrai système de sécurité qu’il va par la suite entretenir, il faut des moyens financiers que nous n’avons toujours pas », justifie un responsable d’hôtel.

Ce dernier estime néanmoins que la décision du gouverneur est la bienvenue. Mais ce qu’il faudrait, d’après lui, c’est un appui des autorités et des forces de sécurité. Une collaboration qui pourrait leur permettre de se mettre à jour.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter