Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 01Article 570499

xxxxxxxxxxx of Monday, 1 February 2021

Source: La Voix du Centre

Insécurité au Cameroun : le jeu trouble des hommes en tenue

L’indexation des éléments de la gendarmerie et de la douane dans l’accident grave survenu à Dschang la semaine dernière montre le jeu trouble de ces derniers sur les axes routiers.

Au grand mépris des usages régissant la circulation routière sur les nationales, les hommes en tenue à travers leurs attitudes ostentatoires violent l’éthique et la déontologie sur la voie publique au lieu de les encadrer. En brandissant leurs galons et leurs képis sur les routes ils sont malheureusement devenus des relais très actifs pour la corruption observée dans les grands axes. Le code propre aux différents corps de la police, de la gendarmerie, des militaires, des agents des eaux et forêts et des douaniers servent d’obstruction aux contrôles réglementaires effectués à chaque barrière.

“ Ma classe”, “ Bravo”, “ commandement” et bien d’autres vocabulaires usuels aux métiers d’armes constituent des mots de passe pour échapper aux contrôles routiers. Mais cette sympathie des frères d’armes vis- à- vis de leurs camarades en service dans divers postes occulte le réel motif de leur présence régulière sur les tronçons Yaoundé- Douala, DoualaBafoussam, Bertoua- Ngaoundéré, sans compter les zones frontalières où la grande corruption routière fait les beaux jours des hommes en tenue. Les postes de douane installés dans les aéroports ravitaillent frauduleusement le marché noir des matières douteuses voire dangereuses mais rendues disponibles par les actions que mènent les douaniers véreux, avides du gain, insoucieux de l’avenir des populations face à la consommation des produits dangereux.

La circulation des marchandises proscrites de toute utilisation sur le territoire national reste entretenue par les hommes en tenue qui à leur tour bénéficient de la protection des magistrats haut placés. Un système bien ficelé de son aspect visible jusqu’aux lieux insoupçonnés. Les trafics de toute nature hyper dangereux entretiennent les mouvements des hommes en tenue transportés à bord des automobiles pour faire passer les interdits. Un deal au centre duquel l’argent et le pouvoir règnent en maître absolu. À la première loge des véhicules prend place soit un gendarme soit un policier monnayé à forte somme pour effectuer le sale boulot.

La seule marque de respect pour un camarade à son poste de contrôle manifesté par un salut militaire suffit pour faire traverser les produits frauduleux et interdits. Ou mieux encore, l’argent avec lequel on corrompt un contrôleur fixe. Médicaments de la rue, carburants frelatés, peaux et cornes d’animaux protégés abattus par les braconniers, bois rares, or, chanvre indien, ivoire et autres produits interdits circulent librement d’une région à une autre, du Cameroun pour un pays voisin et vice versa sans que ces acteurs directs, organisateurs de la grande corruption routière et présents sur le terrain ne soient inquiétés. Pourtant leur mission première sur la route demeure le contrôle des biens et des personnes avec pour finalité de réduire considérablement la délinquance routière. Curieusement se sontils érigés en véritables torpilleurs de leurs devoirs.

Leur place dans les automobiles appartenant aux propriétaires privés lors des grands trafics hors norme ainsi le transport des matières frauduleuses dans leurs engins dotés par l’État démontrent la mascarade de ces hommes en tenue sur nos routes. Il aurait fallu qu’il y ait malheureusement un accident tragique dans la ville de Dschang pour que l’opinion s’aperçoive de la présence d’un gendarme et d’un douanier à bord de ce camion chargé de transporter du carburant frelaté et qui appartiendrait à un haut gradé de la douane de la région de l’ Ouest. Tandis que le Cameroun pleure ses 53 morts et plus de 30 blessés les deux hommes en tenue ont tôt fait de prendre la poudre d’escampette.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter