Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 10Article 555160

General News of Tuesday, 10 November 2020

Source: Actu Cameroun

Insécurité à Kribi: des forces mixtes bouclent des quartiers

Les rafles ont été exécutées dans les quartiers Zaïre et Newtown au petit matin de ce dimanche, 08 novembre.

Le Préfet de l’océan n’a pas attendu l’habituelle réunion de sécurité de lundi, pour ordonner des rafles dans la ville, suite aux multiples agressions qui sont désormais le lot quotidien des paisibles populations de la cité balnéaire. Dans la nuit de vendredi à samedi, un quadragénaire a été reçu aux urgences de l’hôpital de district suite à une altercation avec des bandits. Sa mâchoire gauche a été détruite par une arme artisanale.

Cette scène s’est produite au quartier Talla. La victime dans ce duel contre les braqueurs de sa maison est restée avec le canon de l’arme entre les mains, l’un des deux agresseurs ayant pris fuite avec la crosse à l’arrivée des secours. Une autre agression a suivi non loin du fleuve Kienké; des téléphones portables et de l’argent ont été emportés.

Aux environs de 4h30, les populations du quartier Zaïre qui côtoie le fleuve Kienké, et celles du quartier New-Town ont été surprises par la présence des forces mixtes militaire, police et gendarmerie. Des personnes n’ont identifiées, des suspects, et des objets sans factures ont été conduits au commissariat central de Kribi. On signale également l’interpellation d’un repris de justice qui faisait déjà l’objet des recherches par la police. Au total, 500 personnes ont été conduites au commissariat central.


Le premier tri par les éléments du commissionnaire divisionnaire Dr Raymond Mman révèle 48 personnes sans carte nationale d’identité; 23 cas d’infractions diverses; 04 consommateurs du chanvre indien, dont une vendeuse. Ceux qui présentaient «patte blanche» étaient purement et simplement libérés.

Depuis la prise d’otage suivi de la libération d’un français au golf club de Kribi le mois dernier, la cité balnéaire de Kribi est secouée par une insécurité galopante que les autorités s’efforcent à maîtriser. Rappelons que, les ravisseurs de ce français n’ont pas encore été arrêtés.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter