Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 13Article 588841

General News of Tuesday, 13 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Importation de poulets congelés : le MRC aux côtés des populations

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) s’est prononcé sur la polémique autour du projet d’importation du brésil des volailles. Le parti de Maurice Kamto invite le gouvernement à travailler sur des solutions locales.

« Dans une correspondance en date du 22 mars 2021, adressée à l’Ambassadeur du Cameroun au Brésil, le Ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales, Dr Taïga, annonçait accepter l’importation des produits et sous-produits aviaires du Brésil.

Les réactions vives créées par cette correspondance au de lac population camerounaise en général et des acteurs de la filière avicole en particulier témoignent des craintes de voir ressurgir les importations de viandes surgelées de volailles qui inondèrent le pays au milieu des années 1980, et qui hormis le contexte de la dépression économique de cette même période, avaient conduit à l’effondrement du secteur avicole dans notre pays, tout en faisant peser des menaces graves sur la santé des citoyens.

La demande annuelle du poulet sur le marché national est estimée en 2021 à 60 millions de têtes. Du fait de la pandémie de la Covid-19, la production annuelle effective est estimée à 20 millions de têtes, ce qui entraîne la rareté et une forte inflation sur ce marché.
Dans une sortie sur la chaîne de communication publique le président de l’interprofession avicole du Cameroun a précisé à l’attention du public qu’il ne s’agit pas d’importer le poulet congelé du Brésil, mais de diversifier les sources d’approvisionnement en intrants avicoles, c’est-à-dire les œufs à couver, les poussins d’un jour, les parentaux, et autres sous-produits devenus rares du fait de la grippe aviaire qui touche particulière l’Europe en ce moment et aussi de la pandémie qui a cours dans le monde.

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) invite les citoyens à la vigilance et demande aux pouvoir publics de reconsidérer sa politique d’importation de ses intrants pour privilégier une production locale, soit par l’implantation de la technologie nécessaire afin de disposer sur place des œufs à couver et des parentaux, soit par la promotion du poulet dit « du village » ou encore « poulet bicyclette » comme l’ont fait plusieurs pays d’Afrique de l’ouest.

En effet, pour un prix de revient moyen de 500 francs par œuf fécondé, les 60 millions de têtes nécessaires pour satisfaire la demande locale causent une saignée de 30 milliards de F CFA en termes d’importations. Ce montant est largement suffisant pour assurer une industrie locale des œufs à couver et aligner le Cameroun sur la liste des pays exportateurs d’intrants avicoles. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter