Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 18Article 542497

General News of Friday, 18 September 2020

Source: Actu Cameroun

Ils lui servent du pétrole à la place du gaz-oil: son véhicule complètement endommagé

L’entreprise de commercialisation des produits pétroliers Tradex et son gérant mandataire ont été solidairement condamnés à des peines pécuniaires en réparation du tort causé à un de leur client. Le pétrole vendu à la place du gaz-oil a endommagé le véhicule de ce dernier.

Tradex, spécialisée dans la commercialisation des produits pétroliers et son gérant mandataire Downstream Consulting. Le 3 ’ septembre 2020, le-Tribunal de grande instance du Mfoundi lui a donné raison en condamnant les mis en cause à lui, la somme de 15 millions de francs verser en guise de réparation subi par son véhicule.

D’après les documents mis à la disposition de Kalara, il faut remonter au 25 mai 2013, lorsque Michel Ebanda Ebanda s’était rendu à bord de son véhicule de marque VX Prado à la station services du quartier Nsam-Efoulan à Yaoundé pour y consommer du gaz-oil Sauf qu’en lieu et place du gaz-oîl commandé, il se rendra compte plus tard à sa grande surprise que les mains inexpertes de Samuel Nlend Song, pompiste stagiaire avait plutôt servi du pétrole lampant dans son réservoir. Cette confusion de produits avait endommagé le moteur du véhicule.

Selon l’accusation, cinq jours après le sinistre, Downstream Consulting qui avait reconnu sa faute arguant de son souci de préserver la relation clientèle et l’image de marque de Tradex a engagé des négociations avec le plaignant dans le souci d’un arrangement à l’amiable. Pour Me Ndip Valentin l’avocat du plaignant le véhicule de son client, mis à’ la disposition du gérant de Tradex a subi un dépannage approximatif et «depuis ce triste jour du 25 mai M. Ebanda Ebanda Michel a été définitivement privé de son engin désormais immobilisé».

L’avocat de l’accusation soutenait dans son assignation que son client n’avait rien reçu au titre, de réparation des dommages subis. Il avait alors demandé au tribunal de condamner solidairement la société Tradex et l’entreprise Downstream Consulting de payer à M. Ebanda Ebanda Miche! la somme de 50 millions de francs.

Le protocole d’accord
Dans ses conclusions, le cabinet Memon -Eterae constitué pour l’entreprise de commercialisation des produits pétroliers, décrit la situation autrement Les avocats des mis en cause expliquent qu’après l’incident, de nombreux échanges ont été menée entre M. Ebanda Ebanda Michel et Downstream Consulting. Le 31 mai 2013, des négociations entre les parties avaient abouti à un protocole d’accord qui avait permis que le véhicule litigieux soit entièrement réparé par un garage partenaire de Downstream Consulting. Le garagiste avait constaté que le véhicule du plaignant avait été «déculassé» avant l’incident au centre du procès.

Néanmoins, une somme de 70 mille avait été remise à M. Ebanda Ebanda Michel pour couvrir les dommages subis par sa voiture. Curieusement poursuivent les avocats de la défense, quelques temps après, le plaignant avait dénoncé ledit protocole en évoquant de nouvelles pannes et sollicitait la somme dé 50 millions de francs. Les avocats indiquent qu’ils avaient saisi le Tribunal de première instance(TPl) centre administratif qui avait commis par une ordonnance du 27 février 2014, Benoît Ebogo expert agréé pour réaliser une expertise automobile sur le véhicule querellé.

L’expertise avait pour but de démontrer que les pannes évoquées par l’accusation provenaient du mélange pétrole gazoil survenu auparavant. Le 27, avril le rapport de M. Ebogo concluait qu’après de nombreuses relances, M. Ebanda Ebanda Michel n’avait daigné sa voiture. Mais de manière surprenante souligne la défense, le même expert va commettre à la demande du plaignant un autre l’apport qui lui était favorable . Ils expliquent que le second rapport avait été fait de manière unilatérale et en l’absence de toute décision de justice commettant.à nouveau Benoît Ebogo. Ils concluaient alors que ledit rapport est faux et qu’il ne pouvait être retenu pour preuve en remplacement de celui déposé au greffe du TPI d’Ekounou. Au terme des échanges, le tribunal n’a pas été convaincu par l’argument;lire de la défense.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter