Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 05Article 525064

General News of Sunday, 5 July 2020

Source: www.camerounweb.com

Humiliation : Mathias Owona désavoue Amougou Belinga en direct sur Vision 4


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

C’est une scène surréaliste. Jean Jacques Ze le désormais nouveau présentateur de l’émission Club d’Elite n’a pas vu venir la bombe qu’a lâchée en direct son invité, le professeur Eric Mathias Owona Nguini. Interrogé sur la sortie d’Amougou Belinga en lien avec les Betis, l’universitaire contredit l’homme d’affaires sur sa propre chaîne. Non les Betis ne sont pas les plus mauvais, c’est ce qu’on peut conclure des propos de Matias Owona.

Selon lui, la rivalité entre l’élite politique et les hommes d’affaire n’est pas propre aux Betis. La situation serait la même dans toutes les régions du Cameroun.

« Je crois que c'est une question qu'il faut aborder avec beaucoup de subtilité. Il faut à tout prix éviter les stéréotypes. Les conflits qu'on peut voir au sein de cette communauté particulière entre l'élite politico-administrative (qui est dominante) est les autres élites notamment les élites d'affaires, en réalité existent partout. Ce n'est pas spécifique à cet endroit. Vous iriez au Nord vous constateriez les mêmes tensions, vous iriez à l'ouest, vous constateriez les mêmes choses. Evidemment partout la théorie de la jalousie est mobilisée les uns et les autres. Ce sont des discours qui sont très subjectifs (...) les apparences sont trompeuses. Ce n'est parce qu'une élite appartient à l'Ouest », a-t-il déclaré.


Amougou Bélinga avait fait des commentaires osés sur ethnie d’origine lors la présentation des immeubles qui serviront de siège pour le groupe Anecdote.
« …La plus part des difficultés que nous rencontrons viennent de nos frères de la région du Centre. L’Homme beti est foncièrement paresseux, malhonnête, sournois, cynique, méchant », avait-il déclaré avant de lancer une menace aux membres du gouvernement.

« Si je sens encore la moindre provocation, je laisserais ma casquette de patriarche et je demanderais à mes journalistes de faire leur travail et tout leur travail et personne n’oserait m’accuser de fratricide », conclut-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter