Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 22Article 515023

General News of Friday, 22 May 2020

Source: www.camerounweb.com

Humiliante réponse d'Aissatou Bouba Dalil à Michelle Ndoki

Dans une réflexion publiée sur les réseaux sociaux, Aissatou Bouba Dalil a sèchement répondu à Me Michelle Ndoki suite à sa récente sortie sur les ondes de la radion ABK.

Camerounweb vous propose l'intégralité de sa réaction

Chère Madame Michelle Ndoki, on ne vous présente plus ! Vous avez fait preuve de courage et d’abnégation dans cette lutte que nous avons en partage, nul ne doute de votre amour pour la Patrie.
Cependant, en tant qu’une Enfant de votre Terre, pour reprendre votre expression, j’ai été interpellée par votre récente publication, sur votre page Facebook, en date du 18 Mai 2020

Vous dites :
“ La contestation liée au hold up électoral (compris comme le mépris indéniable de la voix du peuple) était donc une réaction populaire et partisane nécessaire. Elle a produit des fruits notables, notamment en renforçant la conscience politique de nos concitoyens et en attirant l'attention de la communauté internationale sur la dégradation alarmante de l'état de droit au Cameroun et la déliquescence de nos institutions. Elle a forcé nos gouvernants, après avoir essayé de nous réduire au silence, à se remettre en question et posé les fondations pour un réel changement dans notre pays.”

Tout le monde aura remarqué que dans cet extrait, vous parlez déjà au passé “ la contestation liée au hold up électoral était donc une réaction populaire et partisane nécessaire.”
Pour vous, cela ne semble plus d’actualité, vous avez tourné la page, vous êtes passée à autre chose. C’est votre droit le plus absolu.

Simplement, je constate que cette ligne, propre à vous, n’est pour l’instant, absolument pas celle tracée par le Principal concerné, Mr Maurice Kamto , que les milliers d’ami(e)s , au Cameroun et dans la Diaspora continuent de soutenir. Vous parlez donc en votre nom et en votre seul nom, et vos récentes positions n’engagent que vous, seule.

Ni Mr Maurice Kamto , le Président élu , ne vous en déplaise , ni ses nombreux ami(e)s au Cameroun et aux quatre coins du monde ne se sont fixés une échéance à court ou à long terme . Souvenons-nous, Lors des printemps arabes, toutes celles et ceux qui se regroupaient par millier n’avaient que leur détermination comme arme, jour après jour, sans jamais rien céder de leurs revendications !

Vous dites : “ Pendant combien de temps dure une résistance exprimée dans une de ses composantes qu'est le: "Non au hold-up électoral ? “ Autrement dit, cette revendication s’arrête quand ?

Nous vous répondons : ça durera Le temps qu’il faudra.

Madame, avez-vous cru un seul instant que cette lutte serait un long fleuve tranquille ? Ou bien vous êtes-vous fixé une échéance en vous engageant ? Car tout porte à croire en vous lisant que fatigue et lassitude vous ont gagnés, au point de mettre entre parenthèses aujourd’hui ce qui a pourtant été hier le socle, le pilier de votre action politique au côtés de Maurice Kamto .

Votre sortie m’interroge sur le sens du sens de l’engagement ! Non pas que je doute du vôtre - chacun au fond est entièrement libre de ses choix et de ses orientations -, mais à la lecture de votre publication, je ne puis m’empêcher de penser à Nelson Mandela, prix Nobel de la Paix, qui resta emprisonné pendant 27 ans de sa vie, dans des conditions déplorables. Il a tenu bon, et n’a jamais renié ses convictions au point de refuser d’être libéré plus tôt. Voilà un bel exemple d’abnégation et de sacrifice. Ne rien renier, ne pas se laisser ébranler, ne rien céder sur le socle même, l’essence même de ce qui a fondé cette lutte.

Le 2e exemple qui me vient à l’esprit est celui de Martin Luther king, qui consacra sa vie à lutter pour les droits civiques des Américains, jusqu’à son assassinat le 4 Avril 1968 à Memphis dans le Tennessee.

Vous semblez vous être lassée au fil du temps, Mme Ndoki. Nous, nous continuons à le revendiquer, ce “ hold up électoral “, sans vous, à regret, mais nous poursuivons le combat. Le “ hold up électoral reste pour nous, ami(e)s de Maurice Kamto, un postulat inébranlable, l’indispensable fondation qui a tant fédéré autour de Maurice Kamto , le Président élu .

Vous dites : “ De même que les matériaux et techniques utilisés pour les fondations ne sont pas ceux qui servent aux élévations, de même ce qui a servi à éveiller les consciences et alerter l'opinion doit maintenant être remplacé par ce qui peut servir à rendre l'alternance démocratique effective. “

Nous vous répondons : Non Mme Ndoki . Ce qui a servir éveiller les consciences ne doit pas être remplacé, mais plutôt consolidé, bétonné, renforcé.

Nous avons accompli la moitié du chemin. Je vois autour de moi des hommes et des femmes formidables d’engagement, qui sont prêt(e)s à accompagner Maurice Kamto jusqu’à l’aboutissement de cette lutte, ça en devient presque une mission, tant Les Camerounaises et les camerounais attendent le changement, espèrent une alternance digne, juste et utile pour notre beau pays. Le Président élu Maurice Kamto a fixé le cap lors de son adresse au Peuple Camerounais le 19 Mai 2020, et il est le seul à le faire. Je le cite :
“Nous n’accepterons pas - et vous non plus, je le sais-la succession de gré à gré dans notre pays, ni de nouvelles élections populaires sans une réforme consensuelle du système électoral. Seul le peuple camerounais devra choisir ses dirigeants légitimes, dans la liberté et la transparence démocratique.”

Je termine par cette jolie citation tirée du roman de Béatrice Nicodème intitulé “ D’un combat à l’autre, les filles de Pierre et Marie curie”.
“ Quand on sait ce qu'on veut, et que ce qu'on veut est bien, on finit toujours par l'obtenir ”.

Voilà un joli message d’espoir. Merci à vous!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter