Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 22Article 550738

General News of Thursday, 22 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Hubert Abena et Emmanuel Lebou : au cœur d'une organisation criminelle étatique

Selon le célèbre lanceur d'alertes camerounais Boris Bertolt, Hubert Abena et Emmanuel Lebou seraient des acteurs clés d'une organisation criminelle au coeur de l'Etat camerounais. Dans son alerte, Boris accuse sans ambages les deux hommes dont l'un a été envoyé à Kondengui en 2018. Notons, que ces révélations sont celles du lanceur d'alerte et ne saurait pour le moment faire office de vérité.



Voici la publication de Boris Bertolt en intégralité



Hubert ABENA était le chef de la Cellule informatique de la direction des dépenses du personnel et des pensions (Ddpp, ancienne direction de la solde] du ministère des Finances (Minfï). Il avait été placé en détention provisoire le 25 septembre 2020 à la Prison Centrale de Yaoundé.
Abena avait été remplacé à la tête de la DDPP 2015 par Emmanuel Leubou, longtemps son adjoint mais surtout son ancien camarade sur les bancs de l’institut africain d’informatique au Gabon. Emmanuel Lebou a été envoyé à Kondengui en mai 2018. Ce sont ces deux hommes qui sont les cerveaux du scandale des fonctionnaires fictifs et des avances.

Au Tribunal Criminel Spécial, les enquêteurs soulignent qu’ils étaient à la tête d’une véritable organisation criminelle au cœur de l’Etat. Dans laquelle était impliquée des militaires, des diplomates, des magistrats, des enseignants, des officiers supérieurs, des policiers etc...
Le réseau était réparti dans les directions de presque tous les ministères de la République. De la communication au ministère de l’agriculture en passant par le ministère de La Défense avec escale au ministère des relations extérieures.

Tenez par exemple un seul pays comme le Nigeria comptait près de 50 personnes qui touchaient des salaires comme attaché de défense alors que ces officiers étaient assis tranquillement chez eux à Yaoundé et reversaient tranquillement une partie du butin à leurs commanditaires.
Des diplomates ont vu leurs salaires augmenter au delà de la grille. Des magistrats ont perçu des dizaines de millions d’avance de solde. Il s’agissait d’un réseau qui a fait perdre à l’Etat du Cameroun des centaines de milliards.

L’affaire a été déclenchée par une bagarre de quartier. Des militaires ont tabassé un civil qui touchait indûment les salaires et ne respectait plus le contrat. Le civil se plaint au ministère de La Défense. Beti Assomo ouvre une enquête. Le civil se met à table. Les militaires découvrent une mafia dans laquelle des fils de généraux et des officiers supérieurs sont impliqués. Ils décident de pousser le bouchon loin.

L’enquête menée par l’armée va remonter jusqu’à Emmanuel Lebou qui est dans un premier temps arrêté puis relâché sur instruction du ministre de La Défense qui informera le ministre des finances du scandale qu’ils ont découvert. C’est ainsi que le réseau sera démantelé. Emmanuel Lebou est arrêté dans un premier temps, suivi de Hubert Abena qui ne se doutait pas qu’on pouvait réussir à l’atteindre en dépit du fait qu’il était protégé par la mafia après la chute de Lebou.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter