Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 28Article 508426

General News of Tuesday, 28 April 2020

Source: Cameroon Info

Horreur: un officier de l'armée décapite un civil et tue une mère de 03 enfants

Joseph Beti Assomo indique que l’officier a été désarmé et déporté à Yaoundé où il sera jugé au Tribunal militaire la semaine prochaine.
Dans un communiqué lu à la chaine publique Crtv en début de soirée du 27 avril 2020, le ministre de la défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, a ordonné l’arrestation du capitaine Jacques Tchenem Valkossa pour décapitation d’un civil et meurtre d’une mère de trois enfants dans la région du Nord-Ouest.

Le Mindef informe que le capitaine Valkossa du quatrième Bataillon d’intervention rapide amphibie a dirigé une équipe de sept soldats qui ont ouvert le feu sur une fermière aujourd’hui (27 avril 2020 NDLR) et décapité un civil soupçonné d’être un chef d’un groupe séparatiste.

Ses collègues en colère, poursuit Joseph Beti Assomo, ont signalé la décapitation à leur hiérarchie. Le capitaine Valkossa a été désarmé et déporté à Yaoundé pour être jugé par le Tribunal militaire la semaine prochaine.

Le Mindef conclut en présentant ses condoléances aux familles des personnes endeuillées et met en garde les militaires de rester professionnels conformément à un récent ordre présidentiel punissant les crimes par les soldats à Ngarbuh.

Selon les sources concordantes, ce nouveau massacre de l’armée est survenu le 26 avril 2020. L’armée a mené une opération de ratissage à Bafut, dans le Nord-Ouest. Les sources confirment que des camions militaires chargés de soldats sont entrés dans le département par le village Metap. Elles ont par la suite suivi des coups de feu et des explosions. D’autres sources indiquent que plusieurs maisons des habitants ont été incendiées à Mankwi, suivies de l’arrestation de 10 civils, finalement relâchés.

Ce nouveau massacre quelques jours seulement après la publication du rapport sur la tuerie de Ngarbuh, suite à une enquête indépendante instruite par le chef de l’Etat, Paul Biya. Un raid de l’armée dans cette localité du Nord-Ouest le 14 février 2020, avait tué selon des ONG, près de 22 civils dont les enfants et les femmes enceintes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter