Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 10Article 572668

Actualités Régionales of Wednesday, 10 February 2021

Source: Actu Cameroun

Homélie à Bamenda: voici ce que le cardinal Pietro Parolin a dit aux anglophones

Lors de l’homélie qu’il a prononcée pendant la célébration de la messe pontificale du 31 janvier 2021 à la cathédrale Saint Joseph de Bamenda, le secrétaire d’Etat du Saint-Siège le cardinal Pietro Parolin a délivré un important message de paix et de réconciliation. Avec un accent sur un dialogue sincère pour résoudre les conflits.

Selon le secrétaire d’Etat du Vatican le cardinal Pietro et Parolin qui a effectué une semaine de visite au Cameroun : «La violence ne résout pas les problèmes. Nous sommes tous responsables de la paix. Seul le dialogue vraiment sincère peut aboutir à la paix. Je demande ce jour, ici à Bamenda au milieu de vous, la grâce à Dieu de transformer les cœurs et que la paix s’installe dans vos vies. J’implore ici l’intercession de Saint Joseph à qui la cathédrale est consacrée pour qu’il intercède auprès de notre Seigneur et Dieu », a-t-il ajouté lors de l’homélie qu’il a prononcée pendant la célébration de la messe pontificale à du 31 janvier dernier à Bamenda. C’est au cours de cette messe, devant l’esplanade .de la cathédrale Saint-Joseph de Bamenda, que l’archevêque de Bamenda Mgr Andrew Nkea Fuanya a reçu le pallium des mains du cardinal Pietro Parolin, au nom du pape François.

La foi plus grande que les intimidations
L’ornement liturgique qui que porte le Saint-Père et les archevêques et qui les unit. Dans son message de bienvenue, l’Archevêque métropolitain de Bamenda Mgr Andrew Nkea Fuanya a remercié tous les fidèles d’avoir «bravé les intimidations des ennemis de la paix pour venir à la rencontre de celui qui vient au nom du Seigneur». Mgr Andrew Nkea a surtout fait savoir qu’«à nous gens de Bamenda, il manque beaucoup de choses, l’unique chose qui ne nous manque pas c’est la foi. La présence ici des gens de Bamenda, en si grand nombre, est un signe sûr que leur foi est plus grande que la politique.

La foi du peuple de l’Archidiocèse de Bamenda est plus grande que l’intimidation. Et sa présence ici est la preuve que le diable est un menteur. Avec la foi en Dieu et avec une profonde gratitude pour la personne de Votre Éminence, nous pouvons maintenant prier ensemble pour la paix et la réconciliation», a-t-il poursuivi.



En exprimant combien le peuple de Dieu qui est à Bamenda est «heureux parce que, en ce temps de crise, nous te voyons comme un messager de paix. Nous te voyons comme un ambassadeur de la réconciliation». Mgr Andrew Nkea Fuanya a précisé comment le numéro 2 du Vatican et émissaire du Pape François est perçu: «Nous te voyons comme quelqu’un qui promeut la justice. Nous voyons en toi la présence au milieu de nous du Saint-Père le Pape François lui-même. Même quand le Saint-Père ne dit rien, sa présence est une présence consolante. Ses bénédictions apportent la paix et ses paroles sont comme une onction sur les blessures de ceux qui saignent. Avec ta présence ici, je peux répéter avec force: maintenant c’est un temps de paix», a-t-il dit.

A lire aussi
Infrastructures de la CAN 2021 : pourquoi Prime Potomac a été déchargé de certains chantiers
Vive préoccupation du Vatican
Mgr Andrew Nkea Fuanya est persuadé que l’arrivée du cardinal Pietro Parolin à Bamenda est « comme la pluie, qui né tombe jamais sans arroser le terrain. Ainsi toi aussi, tu ne nous laisseras pas pour continuer à combattre, mais tu nous laisseras comme des personnes qui commenceront à s’aimer les unes les autres ». Afin d’accorder les violons pour un cessez-le-feu et des négociations qui pourraient déboucher sur des solutions justes, pacifiques et durables après cinq ans d’une crise anglophone qui s’est transformée depuis quatre ans en une guerre fratricide et meurtrière.

L’audience que le président Paul Biya a accordée au cardinal Pietro Parolin révèle la vive préoccupation du Vatican sur la guerre dans les deux régions anglophones du pays. Représentant personnel du chef de l’État, le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh a écouté attentivement le message du cardinal Pietro Parolin. Lequel a montré la volonté de l’Eglise catholique a contribuer à la recherche de la paix.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter