Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 30Article 523858

General News of Tuesday, 30 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Haute trahison: Bruno Bidjang, le jour de la libération de Ernest Obama


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Un autre fils qui offense son père aimable et altruitse. Bruno Bidjang se trouve dans les mailles d'Amougou Belinga pour s'être servi de source crédible à Vision 4 à ses confrères dans l'affaire Ernest Obama. Il aurait animé les rumeurs sur la libération de l'ex DG de Vision 4. Pour avoir divulgué sur les réseaux sociaux la correspondance du pape des médias qui demandait au Procureur de laisser comparaître Nana Dieudonné, le pape des médias très furieux, donne une bonne correction à son enfant qui s'est encore une fois égaré. Il l'a suspendu de sa chaîne pour une durée indéterminée et ensuite l'a fait incarcéré à la PJ de Yaoundé.

Retour sur les dernières heures avant la libération de Ernest Obama

Jeudi 25 juin 2020. Dans la cellule du parquet du Tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif (Tpi), Ernest Obama attend de rencontrer le Procureur de la République près le Tpi Centre-administratif, Georges Gérard Meka. « Votre patron vient d’écrire au procureur. Vous serez libéré cette nuit », lui annonce vers 18h un agent de police en service au parquet. Depuis quelques jours, à Yaoundé, les rumeurs vont bon train. Le 22 juin, alors qu’il venait de quitter les cellules du Groupement de gendarmerie territoriale du Mfoundi où il était gardé, pour être présenté devant le Procureur de la République près le Tpi, une source proche du dossier a laissé entendre au journal Le Messager que la libération d’Ernest Obama pourrait intervenir « d’ici à la fin de la semaine ».

Une première rumeur a tourné court. Relayée prématurément par les réseaux sociaux, elle avait drainé vers le parquet du Tgi et vers son domicile une foule pressée d’acclamer le natif d’Ebogo dans l’arrondissement d’Esse. Finalement, Ernest Obama avait été renvoyé au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed) pour « complément d’enquête ». Pour les magistrats du Tpi, pas question de laisser la libération de l’ancien directeur général de Vision 4, poursuivi par son ancien employeur Jean Pierre Amougou Belinga, pour entre autres « haute trahison, détournement de fonds et abus de confiance aggravé », virer au triomphe. « Nous avons demandé sa libération pour vice de procédure », avait alors indiqué ses avocats parmi lesquels Maître Elame Bonny. Ce dernier est également le conseil du footballeur Samuel Eto’o Fils.

Leurre

La suite est connue. Vers 21 h 30 du jeudi 25 juin, soucieuses d’éviter un attroupement populaire et la curiosité de quelques hommes de médias présents, les autorités judiciaires lancent un leurre. Tandis qu’un 4×4 aux vitres teintées sort à vive allure du parquet, c’est installé à l’arrière d’une berline noire, vêtu d’un pantalon jean noir et d’une chemise blanche sage, coiffé d’une casquette de couleur orange et chaussé une paire de baquette, que M. Obama est discrètement exfiltré du parquet, via une sortie dérobée.

Empruntant les ruelles du Centre administratif de la capitale, le véhicule se dirige au Groupement de gendarmerie territoriale du Mfoundi pour quelques dernières modalités. Le temps d’échanger avec les hommes en charge de son enquête qui, selon ses propos, l’ont traité durant les sept nuits passées dans leur mur avec beaucoup de « dignité et d’humanisme ». Ernest Obama reprendra la route pour regagner son domicile au quartier Odza dans le 4ème arrondissement, où l’attendent amis et membres de la famille. Il est accueilli sous les applaudissements et les chants d’une foule électrisée par sa libération.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter