Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 29Article 610837

Actualités of Thursday, 29 July 2021

Source: Le Jour

Harcèlement s3xuel à Orange: les dessous du départ de Frédéric Debord du Cameroun

Il vient d’être muté à Madagascar alors que ces affaires sont pendantes en justice Il vient d’être muté à Madagascar alors que ces affaires sont pendantes en justice

Accusé de harcèlement sexuel et de licenciements abusifs, celui qui dirigeait jusqu’ici la filiale locale du géant de la téléphonie français a quitté le Cameroun et vient d’être muté à Madagascar alors que ces affaires sont pendantes en justice.

Orange a procédé le 27 juillet 2021, au remplacement de Fréderic Debord au poste de directeur général de sa filiale au Cameroun, au terme des conseils d’administration de ses filiales tenues à Casablanca au Maroc. Patrick Benon actuellement DG d’Orange Botswana est nommé directeur général d’Orange Cameroun et succède à Frédéric Debord muté du côté de Madagascar. Cette nomination parait presque anodine quand on considère le contexte dans lequel elle intervient. Frédéric Debord a en effet quitté le Cameroun dans la nuit du 14 juillet 2021 au moment où il est sous le coup de poursuites judiciaires. Si des sources officielles au sein d’Orange Cameroun insistent pour dire que « son congé annuel était planifié à l’avance », il reste que le timing de ce départ et la mutation vers Madagascar qui s’ensuit interrogent.

En effet, selon les révélations du bihebdomadaire camerounais EcoMatin, que nous avons pu recouper à plusieurs sources, Fréderic Debord a été assigné en justice, au même titre que la structure qu’il dirige, pour licenciement abusif d’une ancienne cadre de la maison, au motif de détournement d’une modique somme de 9 554 FCFA. « Le DG d’Orange Cameroun est aussi englué dans des affaires de mœurs, notamment des faits de harcèlement sexuel passés sous silence ces dernières années. Appelé à comparaître le 28 juin dernier devant le tribunal, il ne s’est pas présenté », affirme le journal dans son édition du 13 juillet 2021.Mobilité internationale

En réaction, l’entreprise a publié un communiqué le 14 juillet. « Orange Cameroun informe l’opinion nationale qu’une campagne de dénigrement est actuellement orchestrée à travers divers médias par des ex-employés qui sont licenciés pour des fautes éthiques et professionnelles. Ces licenciements ont été décidés conformément aux procédures en vigueur au sein de l’entreprise et notifiés aux autorités compétentes. En tant qu’entreprise responsable et citoyenne, Orange Cameroun fait confiance à la Justice pour connaître des faits et statuer s’il y a lieu, conformément à la législation en vigueur », a-t-elle déclaré. A la lecture de ce communiqué on se rend bien compte que Orange se prononce explicitement sur les supposés licenciements abusifs sans trop s’attarder sur la question de harcèlement sexuel qui peut avoir de conséquences plus lourdes. « Plusieurs rumeurs ont circulé sur certaines pratiques du boss et nous ne sommes pas surpris par cette plainte », nous a glissé un employé de la maison sous anonymat.
Du coup la question ressurgit : Debord a-t-il été muté ou exfiltré du Cameroun pour échapper à la justice ? « Ces nominations s’inscrivent dans le cadre de la politique de mobilité internationale du Groupe et interviennent, pour chacune d’entre elles, à l’issue du mandat des sortants. Ces prises de fonctions seront toutes effectives en septembre 2021 », renseigne Orange, comme pour répondre aux spéculations. Il est tout de même important de rappeler que Debord ne sera resté que 3 ans à la tête d’Orange Cameroun (2018-2021) à la différence de sa devancière, la camerounaise Elisabeth Medou Badang qui a elle dirigé l’entreprise pendant 5 ans (2013-2018).

Reste maintenant à savoir si l’accusé répondra aux convocations du juge et même s’il sera disposé à purger une peine éventuelle, lui qui entame une nouvelle aventure managériale sur l’ile de Madagascar.

Rejoignez notre newsletter!