Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 05Article 565430

General News of Tuesday, 5 January 2021

Source: Actu Cameroun

Hôpital régional de Bamenda: Jean Michel Nintcheu jette de l'huile sur le feu

Selon le député SDF, ce qui se passe à l’hôpital régional de Bamenda relève de la pure sorcellerie.

Le député Jean Michel Nintcheu ne lâche plus Manaouda Malachie, le ministre de la Santé publique. Dans une nouvelle tribune, publiée cet après-midi sur sa page Facebook, il s’en prend une nouvelle fois au membre du gouvernement.

Selon l’élu, le ministère de la santé, en plus d’être devenu un bateau ivre, patauge désormais en plein vampirisme médical. Car, « ce qui se passe à l’hôpital régional de Bamenda relève de la pure sorcellerie. Deux communiqués contradictoires sur les mêmes faits (dysfonctionnement des machines de dialyse), dans le même hôpital et signés le même jour (03 janvier 2021) par deux hautes personnalités exerçant dans la région du Nord-ouest pour le compte du ministère de la santé publique. », écrit-il.

Une hécatombe

Alors que le directeur de l’hôpital régional de Bamenda, rappelle le député SDF, indique aux malades souffrant d’insuffisance rénale d’aller vers d’autres hôpitaux régionaux et généraux situés ailleurs pour être pris en charge, le délégué régional du ministère de la santé publique ose le prendre à contre-pied en exigeant à ces malades de rester sur place durant deux semaines pour attendre une hypothétique répartition des machines de dialyse et éventuellement de mourir…!

Pourtant, «on sait que les séances de dialyse relèvent des urgences qui doivent se faire au minimum une fois par semaine pour éviter les douleurs et souffrances physiques atroces, on comprend pourquoi le directeur de cet hôpital régional qui est doté d’une conscience humaine a pris cette sage décision. Il ne veut pas voir une hécatombe se produire sous ses yeux. », dénonce Jean Michel Nintcheu.

« Contrairement au délégué régional, qui à défaut d’être un véritable carriériste, a manifestement agi aux ordres du chef de ce département ministériel, Quoiqu’il en soit, le délégué régional de la santé publique pour le nord-ouest doit être relevé de ses fonctions. Comment peut-on demander aux malades souffrant d’insuffisance rénale d’attendre deux semaines ? C’est criminel! », renchérit-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter