Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 29Article 569986

General News of Friday, 29 January 2021

Source: Cameroon Info

Hécatombe sur la falaise de Dschang: le site du drame transformé en lieu de pèlerinage

Familles et proches des victimes y rendent des cultes et autres hommages en la mémoire des disparus.

L’émotion reste vive 48 heures après l’hécatombe. Au petit matin du 27 janvier 2021, un camion-citerne, transportant du carburant frelaté et un bus de transport de l’agence Menoua voyages, avec à son bord plus de 80 passagers, sont entrés en collision au niveau de la falaise de Dschang, près de la localité de Santchou dans la région de l’Ouest.

La violence du choc a aussitôt provoqué l’explosion du camion-citerne. L’incendie qui s’en est suivie a été fatal pour plusieurs dizaines de personnes. Le bilan encore provisoire fait état de 53 morts, tous calcinés, et 29 blessés, dont certains dans un état très critique.

Les dépouilles des victimes ont été déposées dans les morgues de l’hôpital de district de Dschang et de l’hôpital régional de Bafoussam. En attendant éventuellement une opération d’identification, le lieu du sinistre s’est transformé en lieu de pèlerinage.

Depuis le drame, familles, proches, amis et même simples anonymes s’y rendent où des cultes, prières et autres cérémonies d’hommage sont observés. Des gerbes fleurs et bougies jonchent désormais cet endroit qui rentre tristement dans l’histoire comme celui où s’est produit l’un des accidents de route les plus meurtriers du pays.

«Ma femme est venue ici pour inhumer ma mère. Et c’est ici qu’elle est partie. C’est difficile à réaliser, surtout qu’elle est morte et nous n’avons même pas son corps», a déclaré à RFI le mari d’une victime.

Pendant ce temps, les rescapés sont pris en charge, toujours à l’hôpital de district de Dschang et à l’hôpital régional de Bafoussam. Après une descente sur le terrain le 28 janvier, le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, a rassuré sur leur état de santé, indiquant qu’il est stable pour la majorité.

Ce drame intervient moins d’un mois après un autre accident de la route particulièrement meurtrier qui s’était produit sur la route Yaoundé-Bafoussam, précisément non loin de Ndikiniméki. Au moins 35 personnes avaient perdu la vie et 18 autres blessés, dont certaines grièvement.

Deux hécatombes qui témoignent, s’il en fallait encore, que les accidents de circulation constituent l’une des principales causes de mortalité dans notre pays. Un défi important à relever pour les autorités.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter