Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 17Article 528289

General News of Friday, 17 July 2020

Source: Actu Cameroun

Guinée équatoriale: le ministre Beti Assomo en visite pour des dossiers urgents

Beti Assomo , ministre de la Défense camerounais


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, effectuera une mission auprès des autorités de ce pays voisin.
L’image reste dans les esprits. Raccompagnant son hôte au bas de la passerelle de l’avion qui devait le ramener à Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale, le mercredi 1er juillet 2020, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, s’était fait dire par son homologue de la Défense nationale de de Guinée Equatoriale, Leandro Bakale Nkogo, qu’il avait hâte de le recevoir.

Une ligne faisait déjà mention de cette perspective dans le communiqué final ayant sanctionné les travaux de deux jours entre les Mindef du Cameroun et de Guinée Equatoriale. Il restait alors que les deux chefs d’Etat, respectivement chefs des armées, en arrêtent le calendrier. C’est chose faite. Le Mindef Joseph Beti Assomo sera à la tête d’une délégation camerounaise, pour approfondir les échanges débutés à Yaoundé du 29 au 30 juin 2020.

Si pour le moment les détails de ce séjour de travail, ne sont pas rendus publics, on peut imaginer au regard du contexte et des récents échanges entre les ministres en charge de la Défense des deux pays et des travaux des experts et chefs d’Etat-major qu’il est question d’entretenir le climat de détente, de fraternité et d’amitié ayant meublé le dernier séjour au Cameroun de Leandro Ba-kale Nkogo et sa délégation. Mais aussi d’esquisser la mise en œuvre des différentes préoccupations abordées à propos de la sécurité sur la frontière commune entre les deux pays. A l’occasion, d’après des indiscrétions, une déclaration et un accord avaient été préparés pour la «haute attention» des deux chefs d’Etat, Paul Biya et Teo-doro Obiang Ngema Mbasogo.



Convergence de vues
En tout cas, des travaux de Yaoundé, on avait retenu la lecture d’un communiqué final en français et en espagnol. Le Mi’n-def, Beti Assomo, avait rappelé que le document préparé était destiné aux deux chefs d’Etat, Paul Biya et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, initiateurs de la réunion de Yaoundé. Les échanges partis des déclarations et attentes exprimées à l’ouverture de la réunion entre les deux ministres en charge de la Défense le 30 juin, rappelaient le texte du 26 janvier 1980. Les deux parties ayant convenu du respect de la souveraineté et de l’indépendance respectives. Mais aussi le respect mutuel et surtout le pacte de non-agression. Toutes choses devant aboutir au renforcement de la coopération militaire.

C’est ainsi que le ministre Joseph Beti Assomo avait solennellement fait état de ce que son homologue équatoguinéen a confirmé que les travaux de construction du mur à la frontière terrestre entre les deux pays sont à l’arrêt. Suffisant pour que les experts des deux pays aillent au fond d’eux-mêmes pour puiser dans tout ce qu’ils ont comme ressources, sous la conduite des chefs d’Etat major des armées. D’où les félicitations des deux Mindef aux équipes de travail. Car, pour lui la convergence de vue et le dialogue engagés, sont la preuve que la voie est désormais balisée et le ciel sans nuages. D’où l’espoir que la réunion de Yaoundé a donné lieu à une résolution fraternelle et définitive du malentendu et des incompréhensions de ces derniers mois.

Accord de défense
Ce d’autant plus que le Cameroun et la Guinée Equatoriale sont non seulement voisins, mais également membres de plusieurs entités sous régionales dont la Communauté monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac). Une situation qui donne de renforcer les liens d’autant plus qu’en cours, se négocie un accord de défense avec le Gabon et Sao tome et Principe. D’où l’exigence du renforcement de la confiance, de la relation fraternelle, de l’amitié et d’une coopération dont les modalités d’une plus grande collaboration, sont en cours d’élaboration.

Pour le ministre de la Défense nationale de Guinée Equatoriale, le 30 juin 2020 est un grand jour pour les deux pays. D’abord parce que le Cameroun est géographiquement proche de la Guinée Equatoriale. Une proximité qui condamne les deux Etats et leurs peuples à la fraternité, l’amitié et la concorde. Ce d’autant plus que le Cameroun et la Guinée Equatoriale sont également membres de plusieurs entités sous régionales dont la Communauté monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac).


Une situation qui donne de renforcer les liens d’autant plus qu’en cours, se négocie un accord de défense avec le Gabon et Sao tome et Principe. D’où l’exigence du renforcement de la confiance, de la relation fraternelle, d’amitié et d’une coopération dont les modalités d’une plus grande collaboration, sont en cours d’élaboration. Le ministre Bakale Nkogo avait par la suite, énumérer certains points de convergence abordés au cours des échanges. C’est le cas de l’impératif d’un vivre-ensemble tant le Cameroun et la Guinée Equatoriale sont tous deux traversés par le fleuve Ntem qui a donné son nom de part et d’autre, à certaines unités administratives. Dans le même ordre d’idées, il avait cité la création d’une structure conjointe de lutte contre les migrations clandestines et l’insécurité le long de la frontière terrestre.

Lui qui estimait à l’occasion, qu’il s’impose aussi un mécanisme commun contre la piraterie maritime, et le terrorisme. Ces dispositifs convoquent également la non utilisation des armes à feu tout le long de la frontière commune. De même que la mise en place d’un dispositif de sanctions contre les membres des forces de défense et sécurité reconnus coupables d’arnaque et d’attaques gratuites contre les civils ressortissants dps deux pays. En clair, le Cameroun et la Guinée Equatoriale affichaient leur priorité pour le dialogue. Arrivée à Yaoundé dimanche, 28 juin 2020, la délégation équatogui-néene avait été accueillie à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen par le ministre Joseph Beti Assomo. Dès le lundi 29 juin, les travaux des experts avaient pris corps sur les questions de coopération militaire et sécuritaire le long de la frontière commune.

Des sujets qui seront certainement définitivement sanctionnés à l’issue de la visite de travail du ministre Joseph Beti Assomo à Malabo.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter