Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 06Article 546769

Actualités Régionales of Tuesday, 6 October 2020

Source: Cameroon Info

Guerre ouverte entre Luc Messi Atangana et Jacques Yoki Onana

Les ministres Mbarga Mboa et Etoundi Ngoa ont pourtant prôné l’apaisement entre Luc Messi Atangana (maire de la ville de Yaoundé) et Jacques Yoki Onana (maire de la commune de Yaoundé 6).

Le patron de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana, a finalement mis sa menace à exécution. Dans la nuit du 1er octobre au 2 octobre 2020, les engins de la Communauté urbaine ont procédé à la démolition des boutiques construites par le maire de Yaoundé 6, Jacques Yoki Onana, le long de la desserte routière Boulangerie française-Groupe scolaire Franky, au quartier Biyem-Assi, rapporte le quotidien Le Messager édition du mardi 6 octobre 2020.

Selon le maire de la ville de Yaoundé, ces constructions sont illégales et empiéteraient sur la voie publique. D’autre part, la construction des bâtiments à usage commercial sur cette route ne relève pas de la compétence du maire de la commune d’arrondissement.

A Yaoundé 6, on rejette ces arguments. «À propos du conflit de compétence, la mairie de Yaoundé 6 soutient que le numéro 1 de la capitale se mêle les pinceaux. D’ailleurs, apprend-on, l’endroit querellé est une emprise secondaire qui relève de la compétence de la commune d’arrondissement», peut-on lire.

Et pourtant, au regard du climat extrêment tendu entre Luc Messi Atangana et Jacques Yoki Onana, l’élite du Mfoundi avait prôné l’apaisement entre les deux parties. «Nous avons malheureusement appris que le maire Messi Atangana a procédé à la casse des boutiques dans la commune de Yaoundé 6, alors que nous avions décidé ensemble de surseoir à cette idée», explique une élite du Mfoundi dont l’identité n’a pas été mentionnée dans les colonnes du journal.

Les boutiques détruites, 25 au total, sont évaluées à une trentaine de millions de FCFA financées par les commerçants de cette circonscription. «Selon une source interne à la commune de Yaoundé 6, ces boutiques étaient prioritairement réservées aux déplacés des zones anglophones, qui ont fui la guerre», indique Le Messager.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter