Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 15Article 555997

General News of Sunday, 15 November 2020

Source: Actu Cameroun

Guerre de succession: Ferdinand Ngoh Ngoh seul contre tout le RDPC (JEUNE AFRIQUE)

Selon le magazine Jeune Afrique, des ambassadeurs étrangers, le patronat et même des opérateurs économiques n’hésitent plus à le contourner pour contacter directement le président.

Au Cameroun, les membres du gouvernement ont du mal à accepter l’octroi, depuis un an, de nouveaux pouvoirs à Ferdinand Ngoh Nogh, le secrétaire général de la présidence (SGPR). Le chef de l’Etat Paul Biya lui a délégué sa signature.

Nombreux sont les ministres qui appliquent les « hautes instructions du président de la République » bon gré mal gré. Ceux-ci doutent que les consignes données par Ngoh Ngoh proviennent vraiment de Biya. D’ailleurs, « des ambassadeurs étrangers, le patronat et même des opérateurs économiques n’hésitent plus à le contourner pour contacter directement le président. Les communications du SGPR sont par ailleurs jugées « autoritaristes », révèle le magazine panafricain Jeune Afrique.

« J’ai l’honneur de vous demander de faire démanteler immédiatement, dans les 24 heures, les stades […] afin que les entreprises en charge de la réhabilitation des aires de jeunes puissent engager les travaux », a-t-il ordonné le 7 octobre dernier à Malachie Manaouda, le ministre de la Santé publique, dans une correspondance relative à l’enlèvement des hôpitaux de campagne érigés dans des stades pour la prise en charge des malades du coronavirus.

Dictature

D’autres critiquent ce diplomate de carrière son « inexpérience ». Ferdinand Ngoh Nogh, qui n’avait jamais goûté à la politique avant sa promotion surprise à ce poste clé, selon Jeune Afrique. A titre d’exemple, pour autoriser l’évacuation sanitaire au Maroc de l’ancien directeur général de la Camair, Yves Michel Fotso, le SGPR avait saisi en août 2019 le patron de la gendarmerie. Or il aurait dû s’adresser à Laurent Esso, le ministre de la Justice.
Ferdinand Ngoh Ngoh est devenu un membre du gouvernement avec le titre de « ministre d’État ». Concrètement, il travaille comme un second Premier ministre, supplantant ce dernier, à qui il fait parvenir ses « hautes instructions ».

Le 19 octobre, il a écrit le secrétaire général de la primature en ces termes : « En exécution des très hautes instructions du président de la République, j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’il demande au Premier ministre, chef du gouvernement, de faire surseoir à la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douane et taxes sur les téléphones et terminaux importés et de soumettre à sa haute sanction un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits de douane et autres taxes. »

Les relations de Ngoh Ngoh se sont également détériorées avec Maxime Eko Eko depuis que le SGPR a sabordé les efforts du patron de la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE) dans la recherche d’une solution à la crise anglophone. Une réunion prévue au Kenya, n’a pas été autorisée par la présidence. Ngoh Ngoh privilégiant la médiation suisse.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter