Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 28Article 516364

General News of Thursday, 28 May 2020

Source: camerounlink.com

Guerre de clans: les mises au point de Shanda Tonmé aux Bamilékés


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Depuis quelques semaines, il se dégage une forte impression de guerre de leadership dans la communauté Bamiléké. Pour certains, il ne s’agit même plus d’une simple impression, c’est une réalité. Pour d’autres, c’est aller trop vite en besogne, connaissant le caractère soudé des Bamiléké dont les tontines et les références au village, passent pour une véritable affaire de secte.Quoi qu’il en soit, la dernière sortie du Pr. Shanda Tonme à travers un entretien fleuve de plus de deux heures sur une chaîne de télévision privée de la place, est venue contribuer à jeter l’huile sur le feu. C’est donc tout naturellement vers lui, avec la casquette d’un des patrons les plus connus du Laakam qui lui colle à la peau et dont il se dit fier, que nous avons choisi d’essayer d’avoir des réponses.

Professeur, merci de nous faire l’honneur une fois de plus, d’accepter de répondre aux questions de notre journal, surtout de répondre sur un sujet qui agite nombre d’observateurs de la scène politique camerounaise, et au centre duquel, vous apparaissez incontournable comme un des acteurs majeursEffectivement. Merci également, et soyez rassuré, je ne me suis jamais dérobé, et je ne me déroberai jamais tant que c’est vous qui venez aux nouvelles. Je connais et apprécie votre amitié, votre honnêteté et votre professionnalisme. Alors, je comprends bien, c’est encore une histoire de Bamiléké ?
Si vous voulez, mais pour nous il s’agit d’avoir des précisions voire des clarifications pour nos lecteurs. Je ne vous apprends rien, et si vous l’ignoriez, sachez que votre dernière sortie télévisée n’en finit pas de faire des vagues. Entre autres choses, on note particulièrement une sorte de distance que vous avez pris avec le Mrc du Pr Maurice Kamto.Attendez, est-ce que je suis militant ou ai été militant du Mrc un jour ? Une telle observation est à faire valoir pour un militant de ce parti.Je suis un citoyen libre et porteur d’opinions politiques, d’idéologie et de doctrine sociales propres, je peux donc parfaitement me déterminer dans un sens ou dans un autre dans toute circonstance de consultation électorale, et ce sera en fonction de l’attrait des projets en compétition.

Nous nous focalisons sur les implications, et avant cela, sur les sources de cette divergence…Je crois que je me suis abondamment exprimé, prononcé et manifesté sur les grandes orientations politiques de l’heure, les débats, les méthodes, les arguments et la façon de se projeter.Je ne pense pas que quelqu’un d’autre l’a fait avec autant de force, de permanence.de pertinence, de cohérence et de régularité.

A lire aussiPolémique : selon l´historien Kum´a Ndumbe III, il n´existe pas un traité Germano-Douala, mais un traité Germano-CamerounaisC’est justement cela qui intrigue et donne à penser qu’il y a une sorte de schisme en cours ou déjà installé dans votre communauté que l’on connait généralement très soudée. Attendez, mais vous me faites rire, à défaut de m’effrayer vraiment. De quel schisme parlez-vous ? Les Bamiléké seraient-ils organisés en secte, en mafias politique et idéologique sévère, granitique et radical ?

Je ne le crois pas et c’est d’ailleurs impossible. Si vous remontez l’histoire du Cameroun sur les soixante-dix dernières années, vous constaterez que les Bamilékés sont partout,dans tout, de tous les partis, organisations et sociétés politiques, exactement comme ils se retrouvent établis partout sur toute l’étendue du territoire national.

Nous pouvons être d’accord, mais vous ne pouvez pas cacher que les Bamiléké sont surtout au Mrc ?C’est injuste,archifauxje plains tous ceux qui penseraient ainsi, et je plains tous les Bamiléké qui auraient la tentation de se positionner dans un parti en fonction de la coloration ou du penchant tribal. Le jour où les Bamilékés opteraient pour cette démarche, ils seraient perdus, mais alors complètement perdus. On ne peut pas être aussi présent partout, présent dans tous les mixages, et penser se recroqueviller dans une cabane ethno-sectaire.

Je dirai même que les autres peuvent s’amuser à fonctionner ainsi sans courir trop de risques, mais pour le Bamiléké, c’est mortel. Les Bamiléké ont une responsabilité spéciale, exceptionnelle, extraordinaire dans le processus de façonnement du destin du Cameroun. De la manière dont ils vont assumer et gérer cette responsabilité,dépendra leur propre bonheur et le bonheur du Cameroun tout entier.

Cet état de chose leur impose d’ailleurs une démarche, un travail et un engagement autrement plus exigent en termes de pragmatisme, de jugement et de positionnement dans le champ politique de notre pays. Cet état de chose leur impose également d’être capable d’avoir une lecture contrôlée, bien élaborée et plus qu’avisée dans l’approche, mais aussi l’appréhension des relations avec nos principaux partenaires, à commencer par la France.
Est-ce pour cela que vous n’êtes pas en accord avec le Mrc ?je ne comprends toujours pas.je n’ai rien à avoir avec le Mrc qui est un parti avec ses dirigeants,ses ambitions, ses méthodes et une démarche. Ils sont ce qu’ils sont et moi je suis ce que je suis. Je vous signale qu’en aucune manière et d’aucune façon, nous ne travaillons ensemble ni ne coopérons dans quel qu’espace que ce soit. Ce sont des gens organisés et actifs, comme ils l’entendent, à leur façon et selon leurs canons idéologiques et doctrinaux réels ou supposés.

Maintenant, c’est clair et suffisamment clair, que je ne partage pas plein de choses qu’ils font. Il demeure que comme avec tous nos autres compatriotes, y compris ceux du Rdpc, nous sommes d’accord que notre pays doit avancer, se transformer, se moderniser et jouir d’une meilleure gouvernance.

Tout est question de tact, de méthode, de discours, de langage, et des modèles de langage. Je l’ai dit et répété, que la stratégie des ultimatums adressés au Chef de l’Etat, au Gouvernement ou à toute autre organe ou personnalité responsable, n’est pas adaptée, pas appropriée, contreproductive et suicidaire dans notre contexte. Cela ne vaut pas seulement pour le MRC, cela vaut pour tout le monde, pour tous ceux qui ambitionne de participer à la gestion des affaires au Cameroun.

Est-ce aussi pour cela que vous vous êtes par exemple exprimé contre leur opération survie ?Ecoutez, je ne mâche pas mes mots, et si vous m’avez bien suivi,j’ai plutôtapprécié l’initiative.Toutefois, j’ai réfuté la méthode. C’est toute la différence entre une bonne stratégie ordonnancée au moment de la mise en oeuvre par une tactique inappropriée. Le décalage est tel qu’il faut être de mauvaise foi pour applaudir.

Nous ne devons pas susciter des débats là où il n’en faut pas, ni critiquer pour critiquer, ou critiquer pour nuire. Dites-moi, vous avez des dons à faire, mais pourquoi ne pas le faire directement, ensuite, pourquoi ne pas le faire au nom de votre parti qui est connu et reconnu, respecté et implanté dans le pays ? La bagarre inutile est une affaire de buveurs des bars. On pouvait faire l’économie de cette polémique,surtout quand on vous oppose le respect des lois et règlements de la république.

Oui, mais iis font valoir qu’ailleurs, dans d’autres pays, des initiatives privées n’ont posé aucun problème. Non, ce n’est pas là le problème. Les problèmes commencent quand vous dites : «allez, le gouvernement ne soit rien faire. Mettez-vous de côté, vous avez échoué, le peuple camerounais est en danger ou se meurt Nous venons le sauver. Nous prenons aussi le pouvoir». Il y’a là un manque d’humilité ainsi qu’une étonnante absence de sagesse. Il ne faut pas faire comme si on trouvait un autre fonds de commerce ou un autre motif de «renaissance» dans une malheureuse inattendue et terrible maladie.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter