Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 02Article 517399

General News of Tuesday, 2 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Guerre de clans à Etoudi : Franck Biya compte sur la violence armée


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’après Biya risque d’être violent. Selon le professeur Franklin Nyamsi qui est convaincu de la disparition de Paul Biya, trois clans se battent à Etoudi pour prendre la tête du pays. Le fils du président de la République Franck Biya également en lice pour remplacer son père, se préparait à opérer un coup de force violent selon le professeur Nyamsi.


« Franck violente compte essentiellement sur la violence armée. Il croit pouvoir sortir le Bataillon d'intervention rapide dans les dix villes du Cameroun et réprimer les Camerounais. Il compte pouvoir faire 10, 15, 20 ou 30 morts dans chacune des villes où il y aura des manifestations », a déclaré le professeur proche de Maurice Kamto.


Ces révélations sont faites au lendemain du discours du président du MRC qui appelle aussi ses militants à se préparer pour un assaut final qui pourrait faire des morts. En effet, Maurice Kamto croit savoir qu’il y a un passage du pouvoir qui se fait au Cameroun en violation des valeurs démocratiques. C’est la raison pour laquelle il demande à ses militants de se préparer à faire encore des sacrifices.


« Les tortures, les emprisonnements arbitraires et les humiliations, nous les connaissons déjà ! Quinze d’entre nous, dont le premier Vice-Président du MRC, Mamadou Yacouba Mota, sont encore en prison. Et si la mort doit venir pour cette cause, qu’elle vienne ! », prévient Maurice Kamto », a déclaré le président du MRC.





Franck Biya, le profil du prochain président du Cameroun


Franck Biya un homme nouveau
Franck Biya est homme discret. Le fils du président de la République fuit les médias. Il n’a jamais exprimé sa passion pour la politique. En effet contrairement à la pratique en Afrique centrale, Franck Biya ne s’est pas inscrit à l’école de la politique comme les autres fils de président comme au Gabon, en Guinée équatoriale ou encore au Congo. Il n’occupe aucun poste ni dans le bureau du RDPC, ni dans le gouvernement de son père encore moins au parlement.
Pour des observateurs avisés de la scène politique camerounais, le fils du président de la République ne serait pas intéressé par le pouvoir.
« Si Franck Biya était intéressé par le pouvoir suprême, il ne serait pas en train de vivre très loin du pouvoir. Il serait à l'école du pouvoir, comme les autres fils de chefs d'Etat, qui occupent des postes clés », avait confié le journaliste et écrivain Magnus Biaga Chienku, au journal La Tribune Afrique.


Franck Biya, s’il décide de briguer la magistrature suprême au Cameroun ne serait donc pas comptables de la longue gestion du pouvoir de son paternel. C’est peut-être la raison pour laquelle il toujours évité d’être sous le feu des projecteurs.


Un homme de réseaux
Si Franck Biya n’a pas une expérience politique avérée, il peut cependant compter sur ses réseaux professionnels forgés au fil des ans. En effet après ses études universitaires, Franck Oliver Biya s’est lancé dans les affaires. Il a investi dans différents secteurs et est à la tête des entreprises Afrione Cameroun et de SFA Ingénierie.


Franck a toute la confiance de son père et il a l’habitude de conseiller ce dernier. Il interviendrait également dans la nomination de certains ministres et directeurs généraux au Cameroun.
« Il est important de noter qu'en affaires, il agit ici avec beaucoup de discrétion. Dans ce domaine, il a une force de frappe non-négligeable puisqu'il conseille son père, fait nommer des ministres, directeurs généraux... Et dans ces positionnements, il tire beaucoup de bénéfices, dans une discrétion légendaire », précise Magnus Biaga.


Même s’il n’a pas eu à exercer le pouvoir avec son père, il héritera des ennemis politiques de ce dernier et devra affronter au sein du RDPC les cadres ambitieux qui rêvent depuis un bon moment de succéder au vieux Paul Biya.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter