Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 26Article 569281

General News of Tuesday, 26 January 2021

Source: Actu Cameroun

Guerre dans le Noso : Atanga Nji parodie les faits

Alors qu’une large majorité des camerounais de l’intérieur et de la diaspora réclame un dialogue national inclusif le ministre de l’Administration territoriale s’emploie à faire des dons.
La publicité dans les cérémonies d’offres une de plus fois organisée par Paul Atanga Nji à la tête du Ministère de l’Administration territoriale ( Minât) n’a pas échappé aux caméras mardi dernier à Bamenda. Sur l’esplanade des services du gouverneur de la Région du Nord- Ouest le patron du Minât a défendu les mesures cosmétiques du gouvernement dans la gestion de la guerre qui paralyse depuis cinq ans cette partie du pays tombée aux mains des séparatistes armés.

À l’opposé des suggestions faites aux autorités par une grande partie de l’opinion, de la société civile, des partis politiques et des personnes relais capables de réunir les antagonistes autour de la table des négociations, les dirigeants se meuvent sans relâche à exhiber les offres de moindre valeur remises à ces populations victimes des violences, assoiffées d’un réel retour à la paix plutôt qu’à quelques matelas, savons, sucre, promesses et discours de proclamation d’une paix illusoire.

La prestance de Paul Atanga Nji aura beau servi d’enfumage à quelques adeptes du régime insoucieux de la tragédie, du drame et du traumatisme que subissent les populations des régions du Nord- Ouest et du Sud-Ouest quelle ne fera pas ni oublier ni minimiser les réalités sur le terrain. Les affronts quasi quotidiens entre les sécessionnistes et l’armée camerounaise font perdre des deux côtés des vies humaines. Les populations civiles au milieu des camps adverses sont prises pour cible tant par les indépendantistes que par les forces de défense.



À tort ou à raison quelques- uns considérés comme des collaborateurs d’un camp ou de l’autre sévissent aux exécutions barbares notamment celles perpétrées par les indépendantistes. Leurs actions le plus souvent répandues sur les réseaux sociaux atteignent les sensibilités des personnes même les plus endurcies tellement les scènes des crimes témoignent de la sauvagerie de l’Homme. Florence Ayafor en est devenue une triste légende à cet effet. Malgré le nombre de morts sans cesse croissant dans les régions du Noso les autorités rejettent toute idée de dialogue national inclusif en essayant de peindre le mal par les images et les arguments peu probants de la situation sécuritaire fragile dans les zones anglophones.


Les rassemblements réguliers, les témoignages des personnes que l’on qualifie d’ex-sécessionnistes au motif qu’elles auraient abandonné la brousse pour se reconvertir socialement constituent la défense du gouvernement suite aux préoccupations des acteurs imperturbables dans la quête d’un retour effectif de la paix dans le Noso. Malheureusement les sorties du gouvernement et la militarisation crescendo des localités en proie aux violences n’effarouchent pas les bandes armées.

Une exposition de la réalité sur le terrain fait état d’une vingtaine de personnes tuées par les sécessionnistes pour le seul mois de janvier. La preuve que la guerre continue. “ Son Excellence Paul Biya a gagné la guerre ». Ce propos de Paul Atanga Nji marqué du signe triomphant qu’il a accordé à Paul Biya mardi dernier croise un écho désagréable justifié par les actions qu’il mène sans succès depuis le début de la guerre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter