Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 19Article 556798

General News of Thursday, 19 November 2020

Source: Cameroon Info

Guerre au Noso : voici le rapport inquiétant de l’ONU

En un mois, plus d’une dizaine de civils ont été tués alors que près de 700 incidences de violence basée sur le genre ont été enregistrées.
Le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires de l'ONU (OCHA-Cameroun) vient de publier son rapport pour le mois de septembre 2020, des violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La zone anglophone du Cameroun, en proie à un affrontement armé entre combattants séparatistes et armée régulière depuis plusieurs années.

Ce rapport constate que «la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NWSW) du Cameroun reste désastreuse en septembre 2020 avec des attaques continues contre les civils et leurs biens. Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme ont fait état d'exécutions sommaires de civils dans les deux régions par des groupes armés non étatiques et les forces de sécurité gouvernementales».

Ainsi, lit-on, «il a été rapporté qu'au moins 11 civils non armés ont été tués par les forces de sécurité gouvernementales entre les 21 et 22 septembre dans les deux régions. Le 24 septembre, des membres du Barreau camerounais ont adressé une plainte au procureur général de la région du Nord-Ouest, condamnant les atrocités commises par les groupes armés non étatiques et les forces de sécurité gouvernementales lors des événements liés à l'opération de sécurité "Bamenda Clean". Le Barreau a demandé que l'État de droit soit assuré et que la population civile soit protégée».

Au cours de la même période, 676 cas de violence basée sur le genre ont été signalés.

«Le mois a également vu une augmentation des fouilles de véhicules d'organisations humanitaires, dont l'ONU, aux points de contrôle des forces de sécurité gouvernementales. L'OCHA continue de jouer un rôle de premier plan avec toutes les parties à la crise en plaidant pour un accès humanitaire sûr», précise l’organisme onusien.

Comme on le voit, cette étude ne mentionne pas les cas d’attaques contre la communauté éducative. Notamment le massacre sauvage des enfants dans une école à Kumba le 24 octobre dernier, ou encore les différents assassinats ou enlèvements des enseignants et élèves les jours qui ont suivi.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter