Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 13Article 566780

General News of Wednesday, 13 January 2021

Source: www.camerounweb.com

Guerre au Noso : lassé, Maurice Kamto donne (enfin) la solution à Biya

Maurice Kamto donne (enfin) la solution à Biya Maurice Kamto donne (enfin) la solution à Biya

Quelques jours après son adresse à la nation, le président du MRC Maurice Kamto vient de se prononcer sur la guerre au Nord-Ouest et au Sud-Ouest du Cameroun. Il condamne l’assassinat des civils intervenu le 10 janvier 2020 à Mautu et propose des solutions pour le retour de la paix dans cette partie du Cameroun. L’ancien ministre de Biya devenu opposant, il faut un cessez-le-feu sans préavis au Noso.

« La paix dans le NOSO exige : cessez-le-feu immédiat ; libération des prisonniers de la crise anglophone ; dialogue politique inclusif pour discuter de la forme de l'État et de la réforme consensuelle du système électoral afin que le peuple puisse élire des dirigeants légitimes.

Une horreur de plus au CMR : 8 civils massacrés ce 10-01 à Mautu dans le SO. Je condamne cette horreur et présente mes condoléances aux familles éprouvées. Combien de morts faut-il encore pour que les armes se taisent et qu’une solution politique soit enfin initiée au NOSO ? », a-t-il déclaré.





Assassinat de civils à Mautu : de nouvelles preuves accablent l'armée camerounaise

Comme après les massacres de Ngarbuh, le gouvernement camerounais s’est précipité à publier un communiqué pour disculper l’armée camerounaise et accuser les organisations non gouvernementales et les séparatistes de ” montages”.

Le ministère de la Défense s’est fendu d’un communiqué pour parler de la tenue d’un raid préventif mené dans la localité de Mautu située dans l’arrondissement de Muyuka dans la région du Sud-Ouest. Le raid en question a eu lieu le dimanche 10 janvier 2021. Le communiqué signé par le porte-parole de l’armée le capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atonfack, fait savoir qu’au terme des combats, plusieurs ” terroristes ont été neutralisés et d’autres ont été blessés”.

Le communiqué indique que les rebelles ont par la suite conçu des images pour essayer de faire endosser aux forces de défense et de sécurité un “aveugle massacre perpétré à Mautu”. Une version qui loin de la réalité, selon plusieurs témoins.

Les rescapés ont indiqué que les militaires avaient pris d’assaut la ville à la recherche de présumés miliciens séparatistes et avaient ouvert le feu sur les personnes présentes. Certains survivants ont rapporté avoir trouvé des corps à leur retour, après avoir réussi à s’échapper.

L’un des survivants a rapporté que les militaires “ont encerclé le village de telle manière que même ceux qui tentaient de fuir ont été abattus”. “Ils ont tué neuf personnes, dont une mère et sa jeune fille, Kildia Akum”, a-t-il déclaré.

Ce survivant a déclaré sur le site Mimi Mefo Info, que les soldats étaient arrivés à pied. “Habituellement, quand ils arrivent dans leurs véhicules, nous entendons le bruit et nous fuyons, mais cette fois ce n’était pas le cas”, a-t-il déclaré .

D’autre part, il a confirmé que les militaires recherchaient des miliciens et a confirmé que certains d’entre eux passent la journée à Mautu. “Nous avons peur de leur dire de ne pas venir car ils pourraient penser que nous sommes des traîtres, mais en même temps, leurs actions provoquent la mort d’innocents”, a-t-il déploré.

Le Centre Sam Soya pour la Démocratie et les Droits de l’Homme a dénoncé à travers son compte sur le réseau social Twitter les forces de sécurité du Cameroun. “Dimanche 10 janvier, l’armée camerounaise a massacré plus de dix civils non armés, dont des femmes et les enfants, dans la ville de Mauru .”, a écrit l’organisation.



Le Centre pour les droits de l’homme et la démocratie en Afrique (CHRDA) tient l’armée pour responsable. Il rapporte que les Forces de Défense et de Sécurité” ont envahi Mautu et commis l’acte”. L’Organisation non gouvernementale par le biais de l’avocat Agbor Nkongho affirme qu’elle condamne fermement “le meurtre odieux d’au moins huit civils dans le village de Mautu à Muyuka”.

L’ONG dirigé par Me Agbor Nkongho dans une dépêche raconte que le dimanche 10 janvier 2021, elle a reçu des informations faisant état du meurtre d’au moins huit civils dans le village de Mautu. L’Organisation dit avoir procédé à l’analyse des vidéos et des images de la scène, qui montrent toutes que les victimes ont été abattues. Et ses sources ont révélé qu’il y avait une invasion militaire dans le village qui a poussé tout le monde à courir pour se mettre en sécurité.



L’armée a été accusée à de nombreuses reprises d’être à l’origine d’exactions contre la population civile et le gouvernement a d’ailleurs confirmé l’implication des militaires dans un massacre commis en février 2020 dans la ville de Ngarbuh et dans l’incendie d’une partie de la ville pour dissimuler les preuves.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter