Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 26Article 569200

General News of Tuesday, 26 January 2021

Source: camer

Guerre au Noso : ces chiffres qui froid dans le dos

Stop a la guerre à huis-clos, dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun 4 ans que ça dure, 1.000.000 déplacés, 50.000 réfugiés au Nigéria, 16.000 morts...

Les femmes et les enfants, premières cibles et victimes de cette horrible guerre. De nombreuses femmes font exclusivement l’objet de viols et de décapitations. Elles ont dû quitter leurs domiciles brûlés, seules, très souvent veuves avec des enfants, se retrouvent pour la plupart en zone francophone ne parlant et ne comprenant pas la langue. Sans aucun revenu, la barrière linguistique est un obstacle à toute réinsertion. Et que dire du sort qui est réservé aux jeunes filles ? Mineures, seules, livrées à elles-mêmes dans de grandes métropoles. Elles se font exploiter sexuellement par des adultes qui abusent opportunément d’elles sans protection, contre des sommes dérisoires (200fcfa l’équivalent de 0,3€) pour survivre.



Quand elles ne sont pas tout simplement réduites à la mendicité. De enfants déscolarisés, parce que la situation en zone anglophone, ne leur permet pas d’aller à l’école en toute sécurité. Comme l’illustre si bien le massacre de Kumba où 7 élèves ont été sauvagement abattus à l’arme lourde et découpés à la machette. Les populations de cette région sont ciblées de toutes parts et prises en étau. Tant de familles séparées et détruites, que de drames humains. Des villages entiers rasés.

Nous sommes fatiguées de porter le deuil pour nos maris, nos enfants et nos frères qui tombent sous les balles de la honte ! Des centaines de prisonniers d’opinion sont encore enfermés dans les geôles du pouvoir en place depuis 2016, comme Mancho Bibixy. Tout ce drame se déroule au Cameroun dans l’omerta et l’indifférence, pourtant la répression tous azimuts, érigée en mode de gouvernance et les lois, l’exception. En lieu et place du droit commun, le passage devant les tribunaux militaires est systématique. La loi d’exception de 2014, dite loi anti- terrorisme, fait de tout citoyen camerounais un potentiel terrorisme dès lors que ses faits, gestes et déclarations ne plaisent pas au pouvoir en place.



Un camerounais qui manifeste est soupçonné de stabilisation de l’Etat, de rébellion, de troubles majeurs à l’ordre public. Et encoure des peines de prisons aggravées de plusieurs mois à vie, voire de la peine de mort, puisque toujours en vigueur au Cameroun. CA SUFFIT, Nous sommes viscéralement attachées aux valeurs universelles de la paix Nous exigeons que le droit à la vie soit respecté, Nous voulons que le respect de la jeunesse soit enfin une réalité, L’Etat Camerounais, par la voix de son Président, s’est engagé à travers des accords à s’y conformer ! Nous demandons qu’il respecte sa parole et ses engagements !

Nous exigeons un cessez-lefeu immédiat, préalable à toute paix, à toute reconstruction, à toute élection, réinsertion, rescolarisation. Tant que vous tuerez, nous les femmes, nous vous crierons notre douleur. Tant que vous nous martyriserez, nous vous crierons notre indignation. Tant que vous resterez sourds à notre désarroi, nous continuerons à crier toujours plus fort ! Nous, femmes qui portont la vie, Nous vous demandons d’arrêter de donner la mort à travers cette guerre inutile, inhumaine et inégale.

Signataires :

Me Alice Nkom Avocate
Marie Lissouck Ecrivain
Marcelle Makam Activiste
Micheline Ewang Activiste
Edvige Laure Kameni Ecrivain
Jacqueline Agenon Activiste
Christine Wamini Activiste
Ngolu D’Afrique Activiste congolaise
Solange Bee Chef d’entreprise
Barrister Nalova Bih Avocate
Brigitte Boumba Activiste
Sylviane Carole Tchamo Activiste
Blandine Noinin Activiste
Georgette Kitio Activiste
Augusta Epagna UPC Manidem
Me Florence Noumo Avocate
Marguerite Ntemgoua Journaliste
Edwige Ngueko Femme politique
Nicole Ngo Hendje Activiste
Zephirine Magne Activiste
Beatrice Sindjui Activiste
Alice Sadio Femme politique
Marlise Bété Actrice-metteur en
scène Flore Niamlik Activiste
Eva Oloa Activiste

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter