Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 17Article 528100

General News of Friday, 17 July 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Guerre au NOSO: les sécessionnistes assènent un coup fatal au gouvernment


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le vice-président du gouvernement intérimaire du sud du Cameroun, Dabney Yerima, a appelé l'Union africaine à censurer les récents assassinats extrajudiciaires dans les comtés de Menchum et Lebialem et l'arrestation aveugle d'adolescents au quartier de Banya à Mamfe par des soldats fidèles au régime de Biya French Cameroun en Yaoundé. Il a également exigé que l'armée d'occupation rende compte de sa politique de tirer pour tuer dans le sud du Cameroun.

S'adressant aux membres de son cabinet de guerre après son discours télévisé mardi, le vice-président Yerima a laissé entendre que les dirigeants emprisonnés seraient à la Cour d'appel de Yaoundé aujourd'hui jeudi 16 juillet 2020 au milieu des meurtres en cours dans les comtés de Menchum et Lebialem. Ces événements et l'activité récente de l'armée française du Cameroun à Mamfé doivent être compris par l'Union africaine et les Nations Unies dans le contexte de la politique généralisée et systématique de fusillade du régime du Cameroun français visant les Camerounais du Sud, a observé Yerima.

Le chef du Cameroun méridional en exil a ajouté qu'en vertu du droit international, les tueries de Ngarbuh équivalent à une exécution extrajudiciaire entraînant une responsabilité pénale individuelle et collective en tant que crime de guerre devant la Cour pénale internationale.



Yerima a révélé que les forces du régime du Cameroun français refusaient aux Camerounais du Sud l'accès aux soins médicaux et empêchaient l'aide étrangère d'atteindre les Ambazoniens dans les zones rurales et dans les buissons.

Dabney Yerima a également souligné que le régime de Biya maintient une sorte de silence délibéré sur le programme Amba 4 Points car Yaoundé est incapable de rendre compte des restes de nombreux Camerounais du Sud tués depuis le début de la guerre. "Et cela prolonge les souffrances de la famille et prive les martyrs du sud du Cameroun d'un enterrement digne", a-t- il noté.

Le vice-président Yerima a estimé que le régime de Biya French Cameroun retenait les corps de 209 Camerounais du Sud en plus d'au moins 103 corps non identifiés languissant dans des morgues à Mbouda, Baffoussam, Douala, Yaoundé et Buea.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter