Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 21Article 550459

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 21 October 2020

Source: actucameroun.com

Guerre Ngoh Ngoh - Dion Ngute: comment Paul Biya contribue au conflit

L’absence physique du Chef de l’Etat sème le doute et la controverse autour de la correspondance du Minetat/Sgpr adressée au Sg/Pm, sur le sursis de la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douane et taxes sur les téléphones et les terminaux importés.

Droits de douane et taxes sur les téléphones et les terminaux importés. Faut-il se réjouir, jubiler du sursis de collecte par voie numérique? Quelle est la pertinence de cette information qui s’est retrouvée curieusement dans les réseaux sociaux au point de devenir virale alors qu’elle n’avait pas encore atteint sa destination première ? À qui profite le crime ? Qui a inondé les réseaux sociaux de cette correspondance et dans quel intérêt,? Et si en grattant le vernis il y avait un tacle irrégulier ou un acte d’anti-jeu à l’effet de jeter en pâture, verser l’opprobre, désavouer ou nuire à des collègues membres du gouvernement?

Le recouvrement de cette taxe douanière par le prélèvement de 33% de taxes qui devaient être imputée aux consommateurs a rencontré la désaffection et la désapprobation des consommateurs au point que sa matérialisation s’annonçait préoccupante et suicidaire.

« En exécution des très hautes instructions du président de la République, j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’il demande au Premier ministre, chef du gouvernement, de faire surseoir à la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douane et taxes sur les téléphones et terminaux importés ; soumettre à sa haute sanction un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits de douane et autres taxes », écrit le Minetat/Sgpr au secrétaire général des services du Premier ministre.



En d’autres termes, c’est une correspondance en interne entre la présidence de la République et le premier ministère, deux administrations de haute facture au sommet de l’Etat. Qu’est-ce qui n’a pas marché? Le Minetat/Sgpr a écrit au Sg/Pm pour lui dire de dire au premier ministre que le président de la République a dit de dire à ses ministres des finances et celui des postes et télécommunications d’arrêter leur affaire-là.

La présidence de la République n’est pas à son premier coup; mais coutumière de ce genre de surenchère et pression sur le premier ministre. On se souvient que cette même formule avait été utilisée il y un an quand il a fallu désillusionner et stopper les nominations des directeurs généraux dans les entreprises et établissements publics.


La boulimie du pouvoir

« J’ai écouté de bout en bout les éditions des journaux parlés et télévisés à la Crtv. Rien n’a filtré. Et si comme il en a déjà l’habitude, le vice-Dieu a pris une initiative personnelle », suspecte un cadre en service à primature. Le cas échéant cette façon de jouer solitaire étalé dans toutes ses laideurs les incohérences, les impostures les imprudences d’une gouvernance actuelle par embuscades, embûches et improvisation. Dieu étant physiquement confiné depuis fort longtemps, le vice-Dieu est définitivement Dieu. On peut être d’accord que le Minetat/Sgpr qui agit pour le compte du président de la République, a une compétence liée.


Il répercute les instructions du « Grand Patron ». On peut également admettre qu’il s’agit d’un un acte administratif unilatéral pris par le Minetat/Sgpr, compétent en la matière pour informer une autorité des instructions et position du Président de la République sur un objet.

Mais qui peut avoir organisé subrepticement la fuite et l’inondation dans les réseaux sociaux ? Et si cette information sensible en provenance de la présidence de la République était un Fake news? « Pour faire une large diffusion dans un média de service public comme la Crtv il faut au moins un acte officiel. Le journaliste ne va pas se baser sur une correspondance prise sur les réseaux sociaux pour faire ce travail ? Et s’il s’avère plus tard que c’était un fake ? », Interroge un journaliste de la Crtv.

Le fait que cette correspondance se soit retrouvée dans l’espace public avant le Sg/Pm suscite moult interrogations. C’était voulu ou alors fait à dessein? Doit-on croire que cette correspondance s’est retrouvée sur les réseaux sociaux par hasard ou accidentellement?


Porosité des fuites

Faut-il penser qu’un des affidés du Minetat/Sgpr a volontairement balancé cette correspondance sur les réseaux sociaux dans une sorte d’adversité calculée pour mettre hors-jeu, nuire dans l’indécence totale les deux ministres signataires de la plateforme? « Visiblement cette correspondance a été filmée dans la précipitation, comme si celui qui le faisait avait peur d’être pris sur le fait », avoue une source.

Habitué à enrober ses initiatives avec des formules du genre: sur « très grande approbation », « hautes instructions », « Le haut accord » du président de la République que personne ne peut ni vérifier, ni contester, il y a là matière à méditer.En attendant la vérification de l’authenticité de la correspondance, cette pratique met à nue la fragilité d’un système.

Il urge de mettre un terme à la porosité des fuites et la facilité avec laquelle, voyagent « sans destination fixe », des correspondances administratives en interne, de grande portée surtout celles entre la présidence de la République et la primature. Et dire qu’elles sont floquées de la mention « Très urgent ». La bataille des longs couteaux pour le contrôle de la succession de Paul Biya à la magistrature suprême s’annonce explosive, houleuse, âpres. Tous les coups fumants sont permis.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter