Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 08Article 606874

Politique of Thursday, 8 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Gueguerre: Owona Nguini accuse Dieudonné Essomba de convoiter sa place à l'Université

Dieudonné Essomba et Owona Nguini Dieudonné Essomba et Owona Nguini

• Echanges houleux entre l'universitaire et l'économiste

• Owona Nguini accuse Dieudonné Essomba de vouloir son poste à l'Université

• L'économiste campe sur sa position en affirmant que le Cameroun a plus besoin de technocrates que d'enseignants à l'heure actuelle



"Le Cameroun n’est pas un amphithéâtre universitaire où un Professeur vient pontifier ses théories qu’il a collectées de la lecture assidue de ses gros grimoires". Ces mots de Dieudonné Essomba a mis en rogne Owona Nguini qui l'accuse de vouloir son poste de Vice-recteur à l'Université de Yaoundé I.

C'est désormais une guerre de mots entre les deux hommes. Owona Nguini estime que ses analyses sur la crise anglophone sont toujours critiquées par l'économiste et qu'il a du mal à digérer cet acharnement sur sa personne. Pour cela, il ne trouve aucun inconvénient à lui céder sa place. "Je crois que Dieudonné Essomba va bientôt me remplacer pour mes cours à l’école de guerre et à Soa hein ! Je viendrai prendre des note", lui a-t-il adressé.

Dieudonné Essomba a fait fi de cette déclaration de Owona Nguini et persiste que le Cameroun, "un pays concret qui a des problèmes concrets", a plus besoin de technocrates que d'eneignants. "Personne n’a contesté les qualités d’enseignants d’Owona Nguini ! Le Cameroun, c’est un pays où les gens souffrent, où le sang coule, où les jeunes camerounais meurent, qu’ils soient des civils, des militaires ou des rebelles séparatistes ! L’Economie nationale est en lambeaux, les Finances Publiques saignées à blanc et le FMI a commencé son ajustement structurel !", a-t-il relevé.


Mise au point de chaque protagoniste


Le vice-recteur justifie ses analyses sur les chaînes télés et radios et trouve qu'il ne peut faire autre chose. Il reste dans son domaine l'enseignement et ne peut usurquer les qualités d'un technocrate, quelque chose qu'il n'est pas. "Personne ne peut se prévaloir de ses qualités d’enseignants pour parler avec autorité d’un domaine technique ! Cela n’existe nulle part dans le monde ! En second lieu, certains se scandalisent de mes prises de position politiques et me demandent de me confiner aux problématiques économiques ! C’est un non-sens absolu ! La politique, n’est qu’une série des débats sur les formes de production et de distribution de la richesse nationale. Quand les gens mènent un débat politique, ils s’appuient sur quoi ? C’est sur les performances économiques des modèles ! Tous les partis politiques sont le reflet des théories économiques et d’ailleurs, tous les partis se revendiquent des Économistes ", explique-t-il.

Les échanges sont houleux et chacun reste sur sa position. Dieudonné Essomba soutient que l'urgence nationale actuelle ne se résume à ses sorties rhétoriques mais plutôt à des solutions probants qui doivent converger vers l'émergence de 2035.

"Les investissements sont arrêtés, les projets structurants suspendus ! Des masses d’argent disparaissent on ne sait comment ! L’idéologie sur les unités nationales et les vivre-ensemble ont laissé place à une compétition féroce des Communautés sur le contrôle du pouvoir d’Etat, pendant que les Anglophones ont engagé une guerre de Sécession", a-t-il relever avant d'ajouter "il faut abandonner cette répétition psittacique des manuels scolaires pour regarder le Cameroun avec les yeux d’un homme qui a les pieds sur terre".

Rejoignez notre newsletter!