Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 26Article 476836

General News of Tuesday, 26 November 2019

Source: Emergence N°1583

Guéguerre au RDPC: les services de police appelés en renfort

Certains candidats et militants ont fait blocus sur des listes. Les services de la police et de la gendarmerie appelés en renfort. Le comité central appelé à jouer désormais les arbitres.

Les investitures au sein du rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc), notamment dans le cadre des élections Municipales et Législatives prévues le 09 février 2019, livrent déjà à large échelle des scènes de mascarades et de tripatouillages dans la constitution des listes. Dans une lettre adressée au délégué général à la sûreté nationale (Dgsn) en date du 21 Novembre 2019, le candidat malheureux, Owona Owona Emmanuel Moïse dénonce « la fraude électorale lors des investitures à Akoeman du 20 novembre 2019 ».

Selon le document mis à notre disposition, le maire sortant a réussi à s’offrir les largesses de la commission locales d’investiture afin de valider sa liste, bien que celle-ci présente des limites. Bien plus, pour ce qui est des dossiers incomplets, « la commission a blanchi tous ces dossiers parce qu’elle a reçu des pots de vin de la part du maire sortant », indique le document.

Dans sa dénonciation, le plaignant propose entre autres qu’à défaut de la redistribution des 25 sièges que compte la Municipalité entre les candidats, que « soit dissout le travail de cette commission gravement corrompue et que soit désignée une nouvelle, en moins de 24 heures, vous aurez les résultats qui reflètent le consensus tant cher à notre président du parti ».

Ça brûle ailleurs !

Ce cas est symptomatique de ce qui se vit ailleurs. A la commune de Yaoundé 5ème, les résultats sont bloqués depuis le 21 novembre dernier. Les éléments de la gendarmerie ont transporté les dossiers des candidats au comité central (Cc) du parti au flambeau ardent, indique une source proche de la commission d’investiture. Pour cause, les militants à la base ont exigé la désignation des têtes de liste sur la base du travail fait sur le terrain. Ils ont d’ailleurs campé jusqu’à tard le soir de samedi à l’esplanade de la Mairie afin de contraindre la commission à accepter la voie du peuple.

Yvette Claudine Ngono (maire sortante) est opposée à trois candidats dont le nommé Augustin Bala qui négocie une investiture par le sommet, d’après ces Rdpcistes. C’est de là que vient le courroux de l’électorat. Un basculement de la Mairie dans l’opposition est envisagé si les directives du Comité central ne sont pas appliquées. Le jeu des alliances a également débuté. A la maison du parti de Nkolndongo, le maire sortant de Yaoundé 4ème, a fait face à la furie de certains militants du Rdpc qui, pancartes en main, ont exigé son départ de l’exécutif communal.

Dans cette guéguerre, madame Régine Amougou Noma a opposé un blocus. Elle s’est braquée sur « le vote démocratique pour l'éligibilité » des candidats. D’aucuns ont crié à l’entourloupe venant du camp de celle qui ne veut pas céder le fauteuil. Comme pour plusieurs autres municipalités, les regards sont désormais tournés vers la sanction du parti. Notons que plusieurs candidats ont déjà obtenu leur ticket pour la compétition.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter